Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 16:45

Sarkozy sera battu les amis, quoi qu'il arrive. L'enjeu de ce premier tour est donc simple : le bonheur d'être ensemble contre la haine des autres, les Lumières contre l'obscurantisme, l'humanisme contre la réaction.

Mettez Le Pen loin derrière, mobilisez-vous pour la dignité en plaçant l'Humain d'abord et Jean Luc Mélenchon loin devant ! Pour ne pas avoir honte de votre pays dimanche. Pour la révolution citoyenne. À vous de jouer, les amis, citoyens : ne lâchez rien. Rien. melenchon prendre le pouvoir

 

Nous on peut, la preuve en Islande

Comme quoi refuser la domination bancaire, ça peut marcher...

bastilleNouvelle constitution en Islande : la conspiration du silence...

· Source : agoravox.fr

L’Islande a terminé l’année 2011 avec une croissance économique de 2,1% et devrait, selon les prévisions de la Commission européenne, atteindre le taux de 2,7% en 2013 grâce principalement à la création de nouveaux emplois.

L’Islande est le seul pays européen qui a rejeté par référendum le sauvetage des banques privées, laissant s’effondrer certaines d’entre elles et jugeant de nombreux banquiers pour leurs crimes financiers mais curieusement les médias français et européens n’en parlent pas ou très peu

Il n’y a pas de censure officiellement dans les médias presse, radio ou télé mais les journalistes et experts de tous bords, si prompts à parler de ce qui se passe en Egypte, en Lybie ou en Syrie, ne disent absolument rien sur ce qui se passe en Islande. En a-t-on parlé dans les nombreux débats politiques en vue de l’élection présidentielle ? A-t-on vu des images à la TV ? Bien sûr que non car les citoyens européens pourraient avoir la mauvaise idée de s’en inspirer...

En Islande, le peuple a fait démissionner un gouvernement au grand complet. Les principales banques ont été nationalisées et il a été décidé de ne pas payer la dette qu’elles avaient contractée auprès de banques en Grande Bretagne et en Hollande, dette générée par leur mauvaise politique financière.

2008 : Les banques Glitnir, Landsbankinn et Kaupthing sont nationalisées pour éviter leur faillite plutôt que d’injecter inconditionnellement des capitaux publics, comme en Espagne ou dans les autres pays européens. L’ensemble des dettes de l’Islande égale alors 9 fois son PIB. La monnaie s’effondre et la bourse suspend ses activités après une baisse de 76%.

2009 : Le FMI, comme à son habitude, exige, en échange de mesures dites "d’ ajustement" des coupures dans les dépenses sociales qui provoquent la colère de la population, la chute du gouvernement et la convocation d’élections anticipées.

La gauche remporte la majorité absolue, provoquant l’effondrement du Parti de l’Indépendance, un parti conservateur qui était traditionnellement la force dominante dans le pays et qui ne conserve que 23,7% des voix. Johanna Siguroardottir est choisi pour diriger le gouvernement réunissant des sociaux-démocrates et les écologistes de gauche.

La situation économique désastreuse du pays persiste. Par le biais d’une loi, il est proposé à la Grande Bretagne et à la Hollande le remboursement de la dette et un paiement de 3.500 millions d’euros, montant devant être payé mensuellement par toutes les familles islandaises pendant 15 ans à un taux d’intérêt de 5%. Mais le peuple descend à nouveau dans la rue et demande que la loi soit soumise à référendum.

Janvier 2010 : Le Président refuse de ratifier cette loi et annonce qu’il y aura une consultation populaire.

Mars 2010 : Le référendum a lieu et le Non au paiement de la dette l’emporte par 93% des voix.

Pendant ce temps, le gouvernement essaie de régler juridiquement les responsabilités de la crise. Les détentions de plusieurs banquiers et cadres supérieurs commencent. Interpol lance une enquête et tous les banquiers impliqués quittent le pays. Dans ce contexte de crise, une assemblée est élue pour rédiger une nouvelle Constitution en vue de se substituer à l’actuelle qui est une simple copie de la constitution danoise.

Pour ce faire, on a recours directement au peuple souverain qui élit 25 citoyens sans filiation politique parmi les 522 qui se présentent aux candidatures (condition : être majeur et avoir recueilli le soutien d’au moins 30 personnes).

Septembre 2010 : L’ancien Premier ministre Geir Haarde est poursuivi pour négligence dans la gestion de la crise. Interpol émet également un mandat d’arrêt international contre l’ancien président de Sigurdur Einarsson.

Février 2011 : L’assemblée constituante commence ses travaux afin de présenter, en partant des avis collectés dans les diverses assemblées qui ont eu lieu dans tout le pays, un projet de Grande Charte.

Mars 2011 : Suite à quelques critiques concernant la faible participation (36%) pour nommer les membres de l’assemblée constituante, le Premier ministre, en accord avec les chefs des principaux partis représentés au Parlement, met sur pied un comité consultatif pour poursuivre la révision de la constitution. Ce dernier propose au Parlement de nommer un « Conseil constitutionnel » constitué des 25 membres de l’Assemblée constitutionnelle dissoute.

Avril 2011 : Les citoyens disent de nouveau Non à un second référendum sur le paiement de la dette, après que le président islandais Olafur Ragnar Grimsson ait refusé de contre-signer la loi du 16 février 2011 (connue sous le nom de « troisième loi Icesave »). Le nouveau gouvernement de centre-gauche assurait en effet que le nouvel accord Icesave avait été mieux négocié que le précédent mais la population islandaise maintient son refus d’être mise à contribution pour la faillite de banques jugées irresponsables.

Juillet 2011 : Sur la base des rapports du Comité constitutionnel et du Forum national (citoyens), le Conseil constitutionnel adopte à l’unanimité un projet de constitution qui est remis au Parlement le 27 juillet. Ce dernier, chargé d’amender le projet, s’est attelé à cette tâche à l’automne 2011 et les débats se poursuivent toujours.

Les principales propositions de la nouvelle Constitutionplace au peuble

Sur un total de 114 articles et de 9 chapitres, on peut noter en particulier :

Article 15 : Droit à l’information. Les informations et documents détenus par les autorités publiques devraient être disponibles sans exception et l’accès au public à tous ces documents devrait être garanti par la loi.

Article 63 : Création d’un Comité de contrôle de la responsabilité du Gouvernement. Une enquête sur les mesures et décisions du Gouvernement peut être demandée par 1/3 des membres d’Althingi (parlement islandais).

Article 65 : Droit à la consultation directe. 10% des votants peuvent demander un référendum national sur les lois votées par Althingi.

Article 66 : Possibilité d’interpellation directe d’Althingi. 2% des électeurs peuvent soumettre une question au Parlement et un projet de loi peut y être déposé s’il est soutenu par 10% des électeurs.

Article 90 : Formation du Cabinet. Le Premier ministre est nommé par le Parlement.

Article 99 : Indépendance des tribunaux. L’indépendance des tribunaux doit être garantie par la loi.

Article 105 : Autonomie des collectivités territoriales. Les sources de revenus des collectivités territoriales doivent être garanties par la loi, tout comme leur droit de déterminer l’utilisation de ces ressources.

La nouvelle constitution devrait être soumise à un référendum, avant le vote par le Parlement. Il devrait avoir lieu le 30 juin en même temps que l’élection présidentielle ou à l’automne.

L’Islande n’est certes qu’un petit pays de 320 000 habitants mais elle donne cependant une belle leçon de démocratie aux grands États de l’Europe et du monde. Songeons par exemple qu’en France, la réforme constitutionnelle de 2008 a été entièrement rédigée à l’Élysée et que les parlementaires ne l’ont adoptée qu’à deux voix près après avoir été soumis pendant des semaines à des pressions intolérables de la part du chef de l’État…

Partager cet article

Repost0
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 21:04

Depuis le début de la campagne électorale, l’ensemble du monde médiatique semble être préoccupé par une seule question, celle du chiffrage des programmes des candidats. Il faut en finir avec cette logique purement comptable ! Au Front de Gauche, nous réaffirmons notre volonté de placer l’Humain d’abord.

Bien évidemment notre programme politique ne rentre pas dans les cadres de la pensée dominante. Aussi depuis plusieurs semaines, la droite et la plupart des médias affirment que le programme du Front de Gauche est un « programme couteux », « un projet dépensier », « un projet qui promet la faillite ». Mais pourquoi ne pose-t-on jamais la question du coût de la politique de Nicolas Sarkozy ? Quel est le coût le coût pour la société de la destruction des services publics organisée par la RGPP ? Quel est le coût des millions d’emplois supprimés faute de plan efficace pour sortir de la crise ? Quel est le coût des avantages fiscaux accordés aux ultra-riches ? Quel est le coût supporté par des millions de Français qui voient chaque jour leurs dépenses de santé ou de logement augmenter ? Et nous pourrions malheureusement continuer cette liste…

Oui, la politique de Nicolas Sarkozy a couté beaucoup plus à notre pays que les dépenses que le Front de Gauche entend faire pour assurer à chacun et chacune une vie digne.

A tous ceux qui veulent quand même des chiffres
Bien évidemment, des moyens financiers seront nécessaires pour mettre en place la politique de rupture aujourd’hui indispensable. Le Front de Gauche sait comment mettre en place une autre répartition des richesses et financer les mesures de son programme. Il est ainsi possible de récupérer entre 140 et 150 milliards d’euros :

- nouvel impôt sur le revenu avec 14 tranches progressives jusqu’au revenu maximum taxé à 100 %
= 20 milliards supplémentaires

- renforcement de l’ISF et des droits de successions pour faire payer les milliardaires aujourd’hui largement exonérés sur leurs biens professionnels
= 10 milliards supplémentaires

- suppression d’autres niches fiscales et sociales inutiles. 85 % des réductions d’impôts profitent aux 10 % les plus riches. Et il y a 30 milliards annuels d’exonérations de cotisations sociales sans aucune utilité démontrée pour l’emploi. Les entreprises du CAC 40 sont taxées à 8 %, les PME à 33 %.
= entre 10 et 20 milliards supplémentaires

- taxation des revenus du capital comme ceux du travail. Les revenus du capital profitent de l’essentiel des 115 milliards de niches fiscales : ils sont taxés en moyenne à 18 % contre 42 % pour les revenus du travail.
= 50 milliards supplémentaires

- taxation des revenus financiers des entreprises, qui n’ont pas d’utilité productive (en leur appliquant l’équivalent d’une cotisation patronale de sécu). Les entreprises dégagent 240 milliards annuels de revenus financiers. Le CAC 40 a accumulé 170 milliards de trésorerie fin 2010, qui servent à spéculer plutôt qu’à produire.
= 20 milliards supplémentaires

- éradication de la fraude fiscale. Les revenus des expatriés à l’étranger seront taxés : ils paieront la différence entre ce qu’ils paient à l’étranger et ce qu’ils auraient payés en France. Les USA le font déjà, c’est une arme imparable contre l’évasion fiscale.
= 30 milliards supplémentaires.

Partager cet article

Repost0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 17:17

Seul les députés et sénateurs du Front de Gauche, et quelques socialistes ont votés contre ce projet. Voir les explications dans la video ci dessous.

Le 18 janvier 1958, quelques mois avant la signature des traités de Rome (Euratom et CEE),

Pierre Mendes France exprime devant l'Assemblée nationale ses doutes sur un marché commun où les pouvoirs de la démocratie sont délégués « à une autorité extérieure laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique, car au nom d'une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une politique, au sens le plus large du mot, nationale et internationale.»

Partager cet article

Repost0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 00:55

Depuis 3 semaines! Que n’a t-on pas dit et écrit sur la forte progression du Front de Gauche.fdg La thèse en vogue était, bien entendue, celle de l’affaiblissement du PS avec le risque d’une défaite de la gauche.

mélenchon bfm tv dimanche 6 février à 18HLes intentions de vote sur Jean-Luc Mélenchon génèrent une déperdition de François Hollande, les électeurs modérés, effrayés par la poussée du Front de Gauche se retourneront vers l’autre François Bayrou, au premier tour et finalement confirmeront leur rejet d’une gauche radicale au deuxième tour en votant Sarkozy.

En clair, le scénario anti-Front de Gauche est parfaitement organisé et imaginé par toute la presse conservatrice mais également par le PS lui-même. Aussi, les appels au vote “efficace” dès le premier tour n’ont cessé de se multiplier de toutes parts, même de celle qui voulait incarner la vraie gauche lors des primaires du PS, sa première secrétaire.

Sauf que le peuple, lui, raisonne il veut une gauche forte. et confirme son désir de gauche véritable en faisant progresser le Front de Gauche et à travers lui la gauche toute entière.place-au-peuble-copie-2.jpg

Démonstration par les sondages et leurs analyses.

Le dernier sondage CSA des 2 et 3 avril est intéressant à plusieurs titres. Il confirme Jean-Luc Mélenchon a 15% des intentions de vote. Sa progression est de 2,5 points. Aussi, la théorie des vases communicants devrait nous donner une baisse de 2,5 points de François Hollande. Or, ce dernier progresse de trois points atteignant 29% d’intentions de vote au premier tour.

La théorie du Front de Gauche qui progresse au détriment du PS s’effondre  totalement.

Comment expliquer la progression de Mélenchon et celle de Hollande? L’institut CSA donne la réponse en battant en brèche les idées reçues sur le vote utile et efficace :

La première victime des appels au vote utile adressés par l’équipe de François Hollande écrit l’institut est le vote en faveur de François Bayrou, qui passe de 12,5% à 10% seulement. Désormais en cinquième position, le candidat centriste voit nombre de ses électeurs potentiels aller au secours du vote anti-Sarkozy le plus puissant. Ceci est attesté par plusieurs indices, par exemple le fait que la part des électeurs de François Bayrou de 2007 qui choisissent aujourd’hui François Hollande dès le premier tour a progressé en une semaine de 22 points. En clair, les principaux renforts du PS proviennent des électeurs Modem qui ne semblent pas du tout effrayés par la forte poussée du Front de Gauche. Leur obsession première est d’éliminer Sarkozy.

CSA poursuit ses explications :le vote Mélenchon…suscite l’intérêt de personnes qui se tenaient en lisière du jeu politique, comme le montre la progression de 11points des intentions de vote parmi celles s’étant abstenues ou ayant voté blanc au premier tour de 2007. bastille.jpgDonc, le Front de Gauche ramène à la politique des citoyens qui l’avaient déserté, redonne au peuple l’envie de s’impliquer et de prendre la place qu’il mérite. Il ne “pique en rien” les électeurs de F Hollande.

L’institut souligne également ; 47% des Français s’apprêtent à voter à gauche dès le 22 avril. Ils n’étaient que 39% en 2002 et plus que 37% en 2007. Non seulement Jean-Luc Mélenchon réussit à renforcer la gauche forte, celle qui s’assume, en faisant revenir dans son giron des citoyens qui l’avaient quitté car déçus par la dérive sociale libérale du PS de ces 10 dernières années.

Il est grand temps pour le PS, de s’en prendre à Sarkozy plutôt que de continuer à vivre dans le mythe d’un Jean-Luc Mélenchon qui affaiblirait la gauche, mythe savamment orchestré par la droite, le Medef et leurs relais favoris que sont le Figaro, RTL et BFM TV.

Allez Martine, allez François, vous devrez une fière chandelle au front de gauche pour la victoire de la gauche forte le 6 mai 2012!

Partager cet article

Repost0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 16:58

§   deux  videos d'un camarade du PG du Havre 2,  avertissement et programme du Front de Gauche avec Jean Luc Mélenchon!

Partager cet article

Repost0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 22:52

Partager cet article

Repost0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 02:04

Partager cet article

Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 00:22
UNE EMISSION DE NOVEMBRE 2011? TOUJOURS AU COEUR DU DEBAT DE LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLEplace au peuble-copie-1
Pourquoi et comment un pays peut toujours faire ce qu'il veut face au marché, face aux banques, face aux crises, face à la BCE, face au FMI.
Le livre de Jacques Généreux nous propose des moyens d'agir pour dénouer le paradoxe du moment politique que nous vivons.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 22:28

Le rassemblement du 18 mars est le premier d'une "révolution citoyenne en cours."  Les références qui parcourent le discours de Jean Luc Mélenchon ce Dimanche 18 Mars sont là pour donner une réalité historique aux choses présentes : la Commune de Paris et Jules Vallès  ("Nous sommes le cri du peuple", "Vive la sociale", "Place au peuple,  sont des emprunts à J.Vallès). Louise Michel, J. Jaurès, le poète espagnol Machado et l'oeillet rouge accroché au revers de sa veste, rappelant la révolution portugaise des Œillets. Connaitre le passé, regarder dans le rétroviseur, est utile pour construire l’avenir. de la nouvelle révolution citoyenne. Les urnes, d'abord, en avril et mai prochains, puis la fondation d'une assemblée constituante en charge d'installer l'égalité, par quoi tout commence. manif-18-Mars-paris.jpgbastille-18.JPG

bando-perso

 

 Des "droits nouveaux" qui donneront corps à l'égalité et à la liberté : droits des travailleurs, par exemple "droit de préemption sur la propriété du capital", "propriété collective humaine des biens de base comme l'eau et l'énergie", droits fondamentaux de la personne - avortement, soutien de la décision de chacun en fin de vie -, abrogation de la loi Hadopi ("la liberté de la Toile est inaliénable"), interdiction que le vivant soit breveté, garantie d'une liberté de la justice "sous la protection du Parlement", un "droit du sol intégral", "extinction de la dette écologique", instauration d'une "règle verte", extension de la laïcité à toutes les terres françaises... les objectifs brillent comme des phares.

Le discours de Jean-Luc Mélenchon était délibérément idéologique. Aucune réponse, aucune pique lancée aux autres candidats à l'élection présidentielle à venir. Nul ne maîtrise le calendrier de l'histoire.

Partager cet article

Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 22:28

Questions, que nous dit Sarkozy et que n'a pas fait le président!affiche-PG-faire-payer-les-riches.jpg

La preuve, sur la délinquance il veut s’attaquer au vrai caïd, comme l’a déjà dit JL Mélenchon, ah oui, mais il réduit les effectifs de police, de la justice et oubli de parler de l’argents sales et des paradis fiscaux qui servent à blanchir des sommes énormes qui proviennent d’actes délictuels.

Sur les hauts revenus et l’exil fiscal, il propose de taxer en impôt comme l’a dit  JL Mélenchon les exilés fiscaux pour leur faire payer les impôts en France, si ceux qu’ils paient à l’étranger est plus faible que chez nous, très bien le Front de Gauche a raison.

Il propose l’application de cette règle qui est déjà possible. Alors pourquoi Sarkozy ne l’a pas mis en œuvre depuis 5 ans ? Et puis que rapportera cette mesure si le barème de l’impôt pour les hauts revenus reste le même, avec un taux marginal à 41%. Sarkozy donne raison au front de gauche, mais avec nous cela va apporter de la justice fiscale avec un nouveau barème d’impôt de 14 tranches et un taux marginal à 100% au-delà de 30000 euros par mois.

affiche-partage-des-richesses.jpgSur l’Europe  économique Sarkozy, rejoint les positions de Front de Gauche, plus de protection sur l’entrée des produits qui mettent en concurrence notre industrie, renforcement de l’achat français pour les collectivités publiques, résistances aux règles européennes par la France si les autres pays n’acceptent pas. Ont pourrait confondre son discours avec celui de JL Mélenchon, sauf qu’il ne là pas fait depuis 5 ans et pire il a bafoué la démocratie sur la traité de Lisbonne et récemment  avec  le nouveau traité signé il y a quelques jours sans consultation du peuple et qui va réduire fortement notre indépendance.

Alors puisqu’il ment, comme toujours depuis 2007, qu’il donne raison aux mesures annoncées par JL Mélenchon depuis des mois, alors le 22 avril, sortons le menteur et ouvrons la voie au vrai changement proposé par le Front de gauche. Votons le 22 avril pour

Jean Luc Mélenchon.melenchon prendre le pouvoir-copie-1

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2