Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 19:22

La situation après l’AG de ce midi est la suivante :IMG 1714

Shell accepte d’approvisionner en pétrole brut  jusqu’au 7 janvier 2013 la raffinerie. Mais les conditions financières comportent des risques.

Du coté du repreneur Net Oil, le tribunal de commerce demande à celui-ci de fournir un contrat signé garantissant l’approvisionnement par BP, à ce jour il y a une simple lettre d’intention. Une réunion à Matignon à nouveau Vendredi 14, permettra de vérifier si le dossier Net Oil est complet et permet une reprise possible sans arrêt de la raffinerie. Si non, l’arrêt se fera à la fin de cette semaine ou le 7 janvier 2013, le personnel en décidera demain en AG.

Pour la suite, si Net Oil jette l’éponge, le dossier Irakien et d’autres restent en cours jusqu’au 4 février 2013.

Nouvelle journée d'action Jeudi 13 décembre avec un rassemblement devant la raffinerie à 12H30.

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 15:53

 

La décision du tribunal impose de fait cette solution, sauf si Shell accepte de prolonger sont contrat au-delà du 15 décembre.IMG 1817 Des négociations sont en cours.

Le tribunal de commerce de Rouen a autorisé vendredi la prolongation d'un mois de la poursuite de l'activité de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime), près de Rouen, en liquidation judiciaire, a-t-on appris auprès du greffe.
Cette autorisation qui venait à expiration le 16 décembre a été portée au 16 janvier, comme les administrateurs judiciaires l'avaient préconisé lors d'une audience mardi.

Cette prolongation doit permettre l'arrêt progressif des installations après la fin du contrat de travail à façon avec Shell qui expire aussi le 16 décembre.

Les syndicats demandent une cession rapide pour éviter cet arrêt qui risque de remettre en cause la proposition de Net Oil.

Cette décision ne correspond pas à la demande de l'intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC qui demande toujours que le tribunal fixe "le plus rapidement possible" la date d'une audience permettant une cession à NetOil le seul candidat ayant déposé une offre ferme de reprise, offre jugée incomplète par le tribunal de commerce, qui refuse une nouvelle audience le Mardi 11 décembre, sans que nous ayons une explication claire de cet argument. L’ombre des majeurs du Pétrole est peut être derrière, ce qui conduit les syndicats à demander la réquisition ou nationalisation de la raffinerie. Solution d’autant plus simple que l’outil est en vente. Mais après Arcelor Mittal, le gouvernement va-t-il à nouveau décevoir les salariésIMG 1714

On lâche rien ! La raffinerie, qui emploie 470 salariés, a déposé son bilan le 24 janvier 2012  à la suite de la faillite de sa maison mère suisse, placée en liquidation judiciaire le 16 octobre. Le tribunal de commerce a toutefois laissé jusqu'au 5 février aux candidats pour déposer une offre ferme. Mais un nouvel arrêt risque de condamner le site.

Prochaine assemblée générale Mardi 11 décembre à 12H45, pour prévoir de nouvelles initiatives.

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 00:30

Un gouvernement sans visages

Par François Delapierre

 

Mais alors quand disaient-ils la vérité ? Quand Montebourg voulait nationaliser ou quand Ayrault explique que ce n’est pas une bonne idée ? Quand le gouvernement avait un repreneur pour Florange ou quand il dit qu’il n’a jamais existé ? Quand il disait ne plus vouloir Mittal en France ou quand il signe un accord prévoyant de nouveaux investissements publics pour permettre à Mittal de rester ? Le fait que ces propos contradictoires aient été tenus par des personnages différents, notamment Montebourg et Ayrault, ne change rien à l’affaire. Si tout gouvernement repose sur un principe de solidarité c’est pour donner du poids à sa parole. Quand un ministre parle, c’est l’exécutif qui s’exprime. Et qui s’engage. Si les ministres parlent en leur nom personnel, leur parole n’a aucune valeur et l’Etat pas plus de crédibilité que le bureau national du PS. Dans ce cas qui gouverne pour de vrai ? L’histoire désastreuse d’Arcelor en donne une idée. C’est le « marché », c’est-à-dire les détenteurs du capital. La seule parole suivie de conséquences effectives a été celle de Laurence Parisot. Il a suffi qu’elle écarte toute idée de nationalisation, même provisoire, pour que dès le lendemain Ayrault embraie puis se couche.

L’accord signé par le premier ministre avec Mittal contredit non seulement la nationalisation avancée par Montebourg mais aussi, une nouvelle fois, les engagements du candidat Hollande à affronter le monde de la finance. Pour une fois, la finance n’était pas « sans visage ». Elle avait celui de Lakshmi Mittal. Ce dernier n’est pas un industriel mais un prédateur financier. Mittal est depuis quelques années administrateur de Goldman Sachs. C’est cette banque qui a monté en 2006 son OPA hostile sur Arcelor. Quand Mittal lance son raid boursier, Arcelor est le premier groupe sidérurgique au monde. Mais son actionnariat est fragile. Les gouvernements européens convertis au libéralisme ont renoncé à le contrôler (sauf les Luxembourgeois qui obtiendront de ce fait le maintien du siège social dans leur pays). Le petit Mittal, qui promet d’annuler tous les projets de restructuration d’Arcelor, réussit son coup. Commence ensuite la mise en coupe réglée du groupe. Il se paye d’abord, avec sa famille (sa fille devient administratrice et son fils de 23 ans directeur financier), devenant la 6e fortune du monde, se versant l’an dernier 943 millions de dividendes sur un total de 2,3 milliards d’euros, plus que le bénéfice net de 2,2 milliards. Il faut aussi payer les banques. Le groupe fait face à un endettement gigantesque. Alors que le marché mondial de l’acier s’est retourné, Mittal doit rembourser plus de 6 milliards d’euros entre 2013 et 2014. Sa dette est désormais notée comme junk bonds et lui coûte de plus en plus cher.

C’est dire le peu de valeur de l’accord signé entre Ayrault et Mittal. Le groupe est en réalité dans les mains de Goldman Sachs. Ayrault a décidé que le contenu de cet accord resterait secret contrairement à ce que réclament les syndicats. Et la transparence ? Et le dialogue social ? C’est que son contenu doit être spécialement lamentable. Le communiqué de presse publié par Mittal ne reprend même pas les éléments annoncés à la presse, notamment la relance des hauts fourneaux avec le projet ULCOS. C’est la collectivité qui paiera les salariés mis au chômage partiel. Le publier serait révéler le vrai gouvernement du pays : Parisot premier ministre, Mittal ministre du pillage improductif et Goldman Sachs au pompage des finances

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 15:22

Le premier plan de financement de la sécurité sociale présenté par le nouveau gouvernement, est très préoccupant parce qu’il ne contient pas de mesure permettant d’engager les réformes structurelles nécessaires au financement équilibré et durable d’une protection sociale de qualité pour tous.Le nombre grandissant de malades obligés marc-dolez-assemblee-nationale-2de différer ou de renoncer à des soins aurait dû conduire à des mesures fortes pour enrayer ce processus. De même, la situation extrêmement dégradée des hôpitaux publics aurait exigé des mesures immédiates en leur direction.Les propositions du gouvernement ne contiennent aucune mesure ambitieuse permettant de dégager les moyens d’un financement à la hauteur des besoins.Le gouvernement a refusé tous les amendements du Front de Gauche,  visant à la fois, des recettes nouvelles pour la sécurité sociale, davantage de justice, des investissements utiles et une lutte résolue contre la spéculation financière, en nous renvoyant systématiquement à une grande réforme du financement de la protection sociale.

Le gouvernement refuse de mettre à contribution les revenus des placements financiers des banques et des entreprises qui spéculent ; en revanche et en dehors de tout cadre, il instaure au 1er Avril 2013, une nouvelle contribution de 0,3% de solidarité pour l’autonomie dont devront s’acquitter les retraités imposables ! (donc avec plus de 1100€ mensuel de retraite)Evidemment, sans moyens financiers nouveaux, pas de possibilité de redresser la situation désastreuse laissée par les gouvernements précédents et encore moins d’instaurer de nouveaux droits.Ce renoncement sur le fond, face aux puissances d’argent, conduit à renoncer aux mesures courageuses et indispensables pour avancer.

C’est ainsi que l’objectif de dépenses d’assurance maladie consacré aux hôpitaux pour 2013 reste encore cette année, très inférieur à ce qui aurait été nécessaire ne serait ce que pour maintenir l’existant ! Il ne permettra pas d’enrayer la dégradation importante des conditions de travail des soignants, de l’ensemble du personnel et de l’accueil des patients. Les difficultés vont donc s’aggraver.De même, le gouvernement et sa majorité (PS, EELV) renonce à remettre en cause les franchises médicales et autres forfaits qui pèsent d’abord sur les plus modestes et plus globalement sur l’accès aux soins de nos concitoyens. Et ce n’est pas le contenu de l’accord sous la pression des syndicats médicaux et sans la présence des représentants des usagers, qui remettra en cause les dépassements d’honoraires à la charge des patients. Au contraire, il les entérine et le risque est grand de les voir se multiplier.La majorité gouvernementale (PS, EELV) renonce également à revenir sur le jour de carence imposé aux agents de la fonction publique, sur la révision des indemnités journalières en cas de maladie, pas même sur la scandaleuse fiscalisation des indemnités d’accident du travail contre laquelle ils se sont portant indignés avant d’être au pouvoir.place au peuble-copie-2

Ce texte contient seulement quelques mesures positives que les députés FDG ont bien sûr votées, comme par exemple le remboursement à 100% de l’IVG pour toutes les femmes qui y ont recours, l’annonce de la réintroduction dans les textes de la notion de service public hospitalier, ou celle de la fin de la convergence tarifaire. Mais le manque de moyens et la logique comptable restent à l’œuvre et n’envoie aucun signe de rupture résolue avec les dogmes précédents.

Ce budget s’ inscrit dans une perspective de déficit chronique envisagé jusqu’en 2017, avec de surcroit, des prévisions de croissance et de masse salariale qui ont hélas bien peu de chance d’être atteintes (augmentation du chômage) et viendront aggraver la situation.affiche partage des richesses

Le Front de Gauche ne peut accepter ces choix qui ont été si massivement rejetés par nos concitoyens. Ces derniers se sont majoritairement prononcé pour le changement et vous leur avez dit « c’est maintenant »

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 17:41

Appel à la gréve de 24 heures reconductibles à partir du 5 novembre dans les raffineries Françaises.

rubis-barrage-24-octobre.jpg

Mercredi 24 Octobre l’assemblée générale des salariés de Pétroplus.

Annonce de différentes actions, ce 24 Octobre blocage du dépôt de Rubis à Grand Quevilly de 14H à 18H30 . ‘ce dépôt reçoit des produits importés et alimente les points de distribution (stations) dans la région.

Vendredi 26 Octobre après l’AG une action est prévue sur une station Shell de l’autoroute A13.

Mardi 30 Octobre rassemblement devant le siège de Shell France à Paris.

Appel à 24H de grève renouvelable dans les raffineries françaises le 5 novembre,  manifestation devant le tribunal de commerce de Rouen pendant l’examen des dossiers de repreneurs et grève pour l’avenir du raffinage en France..

 

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 12:04

Dix mois d'un combat commun. Après avoir fermé la raffinerie, ils ont réussi une première : redémarrer le 14 Juin 2012 dans le cadre d'un contrat de façonnage avec Shell. Ensemble, ils se sont ensuite attelés à la recherche d'acquéreurs.

Pour l’intersyndicale, il n’y a pas de risques majeurs avec  un repreneur comme Net-Oil.petro 18 oct

« Nous faisons marcher la raffinerie tous seuls depuis plusieurs mois. Et nous dégageons des bénéfices. Net Oil étant un groupe financier et non un pétrolier, ce repreneur est intéressé car nous avons prouvé que  nous savions faire tourner une raffinerie et lui il apporte les moyens financiers pour investir ».

Le Ministre Montebourg est venu il y a quelques semaines dire: "Le gouvernement défend ce projet de reprise autant qu'il le peut. Il ne souhaite pas perdre cette raffinerie. Le contraire signifie des importations de pétrole »

Le choc : Mardi 16 octobre 2012, le tribunal de commerce de Rouen décide :

D’écarter les propositions des repreneurs potentiels et de prononcer la liquidation judicaire de la raffinerie. Cette décision est incompréhensible, au regard du travail fait par l’intersyndicale pour trouver des repreneurs, faciliter la constitution des dossiers de reprise, et ainsi assurer un avenir économique, industriel et social à ce bassin d’emplois. petro 18 octobre (2)

Ce jeudi 18 octobre en assemblée générale, 1500 personnes présentes ont donné la réponse à cette décision, pas question de céder, on lâche rien ! Nous soutenons Net Oil qui représentera son dossier le 5 novembre prochain.

Dans le collimateur également des déclarations syndicales ;

1)        Le tribunal de commerce est il compétent pour juger un tel dossier.

2)       Pourquoi ? Alors que toutes les questions semblaient réglées la veille de l’audience au cours d’une réunion avec les pouvoirs publics, les banques, le repreneur, de nouvelles questions et exigences sont apparues à l’audience toutes à charge contre le repreneur. Cette situation étant vécue par le représentant des salariés à l’audience comme une mise à mort du dossier dans un scénario écrit à l’avance.

3)       Ce n’est pas le repreneur qui est en cause comme certains élus ont déclaré, nous sommes heureux de l’avoir trouvé, ce qui est en cause c’est la casse de l’industrie en France, la finance et l’absence d’actes concrets pour inverser le cours des choses, malgré les promesses de campagne, Hollande est venu nous dire, « avec nous au gouvernement, Petroplus sera réglé », alors on attend ?

4)       Nous demandons maintenant des actes et pas des déclarations. Le Gouvernement doit montrer sa détermination, face à la finance, il doit protéger l’humain d’abord et préserver l’industrie du raffinage en France. Réquisition et nationalisation font partie des armes publiques que le gouvernement peut mettre en œuvre dés maintenant à la raffinerie de Petit Couronne.

5)       Voter très vite à l’assemblée nationale, la proposition de loi déjà ratifiée au sénat pour taxer les produits importés qui ne sont pas fabriqués dans les mêmes normes sociales et environnementales qu’en France.petro 18 octobre

 Autant de questions qu’ils pourront rappeler lors du rendez qu’ils ont obtenu à l’Elysée avec un représentant du président.

Des actes, ont réclamé les 1500 personnes présentes à l’assemblée générale des Petroplus, avant de manifester dans les rues de l’agglomération de Rouen.

Face à l’Union française des industries pétrolières (UFIP) et Total en particulier qui ne veulent pas du maintien de cette raffinerie. L’apparition d’un concurrent sur le marché au moment où Total prévoit d’abandonner quatre de ses raffineries en France tout en en construisant une gigantesque en Arabie Saoudite en vue d’exporter vers l’Europe n’est pas supportable. Les majors du pétrole veulent fermer peu à peu toutes les raffineries de France et d’Europe pour pouvoir augmenter leurs profits en raffinant dans des pays à bas coûts salariaux et environnementaux comme le Moyen-Orient ou l’Asie.

Aux pouvoirs publics maintenant  de tout mettre en œuvre d’ici au 5 novembre, pour assurer une reprise durable de l’activité de cette raffinerie. Au gouvernement d’intervenir, l’intersyndicale a clairement démontré avec beaucoup de responsabilités pendant ces huit derniers mois que la poursuite du site était possible et rentable. A défaut, et après Arcelor-Mittal, PSA et Sanofi, etc. le ministère du redressement productif deviendra le ministère du renoncement persistant.

Face à la crise sociale et environnementale qu’entraine la liquidation de la raffinerie, il faut agir fort. Le coût humain, chômage, environnemental, le démantèlement, la pollution vont coûter plus cher à la nation, que de céder la raffinerie à Net Oil. 

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 00:05

On lache rien! et ils ont notre soutien. Jeudi 18 octobre AG à 12H30 et manif à Rouen. Net Oil sera le 5 novembre, avec l'appui des partenaires qui participent au projet.

IMG 1714

L-intersyndicale, annonce que :

Ø Les dirigeants de Netoil vont présenter un nouveau dossier avant le 5 Novembre

Ø Qu’ils proposent de sécuriser les stocks alimentant la Fiducie

Ø Que leurs partenaires coréens n’attendront pas la décision de cession mais viendront sur le site du 28/10 au 7/11 pour étudier les investissements avec nos équipes techniques

Ø Que le partenaire assurant le processing viendra lui-même au tribunal se présenter, etc.

 Sur ces bases, l’Intersyndicale du site a accepté qu’un communiqué de presse commun soit envoyé. NOUS APPORTONS NOTRE SOUTIEN AU PROJET en stipulant que tous ceux qui nous soutiennent doivent nous aider à valider ce dossier et empêcher un nouveau coup de poignard dans le dos.





Partager cet article

Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 17:02

Le tribunal de commerce de Rouen vient de décider de la liquidation au 5 novembre de la raffinerie de Petoplus àPhotos-tribunal 4 sept-copie-1 Petit-Couronne mettant ainsi 470 salariés de la raffinerie et avec les emplois induits près de 1500 salariés au chômage alors qu’un repreneur avait déposé une offre valide.Mais l’Union française des industries pétrolières (UFIP) et Total en particulier ne voulaient pas du maintien de cette raffinerie. L’apparition d’un concurrent sur le marché au moment où Total prévoit d’abandonner quatre de ses raffineries en France tout en en construisant une gigantesque en Arabie Saoudite en vue d’exporter vers l’Europe n’était pas supportable.

En effet les majors du pétrole veulent fermer peu à peu toutes les raffineries de France et d’Europe pour pouvoir augmenter leurs profits en raffinant dans des pays à bas coûts salariaux et environnementaux comme le Moyen-Orient ou l’Asie. Pendant ce temps le prix de l’action Total a bondi !

Le Parti de Gauche demande au gouvernement d’intervenir pour que la reprise et le redémarrage de Petroplus se fasse. L’intersyndicale a clairement démontré avec beaucoup de responsabilités pendant ces huit derniers mois que la poursuite du site était possible et rentable. A défaut, et après Arcellor-Mittal, PSA et Sanofi, le ministère du redressement productif deviendra le ministère du renoncement persistant.

Le Parti de Gauche et les élus de vivre ensemble à Petit Couronne réaffirment la solidarité avec les salariés de Petroplus et leur intersyndicale.jlm salut mascotte

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 22:03

Dimanche à Paris, le soleil nous a accompagnés, lors de la manifestation contre le Pacte budgétaire européen. Des dizaines de milliers de personnes exprimant une demande de référendum et leur mécontentement devant un tel déni de démocratie. DSCF0467 paris 30 oct

Il y a de quoi être mécontent.

Des manifestations massives contre ce Traité, et plus globalement les politiques européennes austéritaires, il y en a partout en Europe en ce moment. En Grèce, en Espagne, au Portugal, en Italie, partout où ces politiques ont asphyxié les États et les peuples.

Le sentiment européen décline,  profondément européen, je le regrette.

Et je regrette encore plus qu'un gouvernement et un Président de gauche élu, qui a fait campagne en promettant la renégociation du Traité « Merkozy »,  n'en a rien fait. Qu'il essaie de nous amadouer avec son pacte de croissance de 120 milliards. Ce n'est en réalité que moins de 1 % du PIB de l'Union Européenne. Une goutte d'eau, qui ne changera en rien la destinée économique des pays qui s'enfoncent dans la crise.

Et voilà qu'on tente de faire suivre le même chemin à la France.

On nous rabâche les oreilles avec la dette, qui ne représente que 12 % du PIB et un coût annuel de 2,5 % du PIB... Sans faire la distinction entre la « bonne » dette (les investissements dont le pays a besoin, étalés sur plusieurs générations) et la « mauvaise » dette (les emprunts pour rembourser les intérêts de la dette, à cause des taux d'intérêts pratiquées par les banques privées alors qu'une banque centrale publique pourrait permettre de prêter à 0 %). DSCF0473paris OCT 30

On nous rabâche les oreilles avec la dette sans même nous dire d'où vient cette dette et par quoi elle a été faite.

La seule possibilité évoquée serait la compression des dépenses. Jamais on n'évoque l'augmentation des recettes. C'est pourtant possible avec une autre répartition des richesses. « Impossible », nous disent les « spécialistes » qu'on entend à longueur de journées sur nos ondes ? « Possible et nécessaire », répondent de plus en plus d'économistes patentés, dont certains ont un Prix Nobel d’Économie !

Mais non, François Hollande continue de parler d'équilibre budgétaire en 2016... Sans croissance du PIB, ça promet d'être épique : des dizaines de milliards supprimés chaque année dans les services publics, des hausses d’impôts, de taxes et que va-t-il encore inventer, demain.... L'austérité qui provoque de l'austérité, c'est tout ce que ça donne. Voilà pourquoi nous étions si nombreux dimanche 30 septembre à Paris.

 

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 14:43

!

De nombreuses associations, syndicats, partis politiques, appel à grand rassemblement le 30 septembre à Paris pour réclamer un référendum sur ce traité de l’austérité institutionnalisée.place au peuble

Les fondements de ce Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance (TSCG) se trouvent dans le titre IV article 11. Cet article prévoit la limitation de la souveraineté des États : il institutionnalise le fait que l’Union européenne, et notamment ses instances non élues, aura désormais un droit de regard sur toutesles grandes réformes de politiques économiques“. Sont particulièrement visés dans cet article les droits sociaux en général, et la protection sociale des citoyens en particulier (Sécurité Sociale, retraite par répartition, chômage…), autrement dit ce qui constitue le cœur de notre société républicaine fondée sur la solidarité entre les citoyens.

À travers le TSCG, l’oligarchie financière mondiale a trouvé les moyens et les alliés pour faire main basse sur notre Sécurité sociale et tout notre système social sans nous demander notre avis, à nous citoyens français ! Le gouvernement et le parlement sont en passe de ratifier et mettre en application le TSCG sans l’avis du peuple et en contradiction avec le programme du candidat Hollande (qui prévoyait une renégociation de ce traité). Il est prévu que son application se fera par la création institutionnelle d’un “Haut conseil des finances publiques” qui aura tout pouvoir sur les orientations budgétaires et qui dépouillera ainsi le parlement national de ses prérogatives démocratiques.

Comment le règne de l’argent pourra régler la misère sociale qui se développe et les inégalités qui se creusent. L’alternative sociale existe pourtant ! Elle consiste notamment à ce que le gouvernement refuse le diktat des marchés financiers, rediscute la dette et répartir plus justement l’impôt de chacun en fonction de ses revenus. Le peuple français ne doit pas subir le même sort que le peuple grec.

C’est pourquoi, le 30 septembre nous réclamons un référendum sur ce traité et demandons aux parlementaires de voter contre sa ratification ou toute loi organique relative au pilotage des finances publiques qui permet son application, sans avoir au préalable consulté les citoyens.IMG 1721

Le dimanche 30 septembre 2012, venez nombreux à Paris, un car sera au départ de Petit Couronne à 10H30 en passant par Grand Quevilly Parc expo et agglo d’Elbeuf pour rejoindre la place de la nation à13H30.

Inscrivez vous sur" pg476@laposte.net"

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2