Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 00:34

Le Parti de gauche recrute deux nouveaux parlementaires.

La création par Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez du Parti de Gauche suscite beaucoup d’intérêt chez de nombreux élus locaux et régionaux. Il s’agit d’un signe supplémentaire des difficultés structurelles que traverse actuellement le PS.

Deux nouveaux parlementaires, François Autain, sénateur de Loire-Atlantique et Jacques Desallangre, député de l’Aisne, porte à quatre le nombre de députés et sénateurs du Parti de Gauche.

François Autain a été secrétaire d’Etat auprès du ministre de la solidarité nationale, chargé des immigrés, puis secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense dans le gouvernement Pierre Mauroy de 1981 à 1983.

Il continuera de siéger au Sénat au groupe, qui prend le nom de « Groupe communiste, républicain et citoyen et des sénateurs du Parti de Gauche » (groupe CRC-SPG) avec  Jean-Luc Mélenchon.

Jacques Desallangre, est maire de Tergnier (Aisne) et préside l’association Aisnoise République à Gauche. A l’Assemblée nationale, il exerce les fonctions de secrétaire de la commission chargée des affaires européennes. Il siège au groupe « gauche démocrate et républicaine » avec Marc Dolez, co-fondateur de Parti de gauche.

Ce flux incessant de ralliement montre que Parti de gauche a le vent en poupe. Et répond à une demande, le meeting de lancement d’aujourd’hui 29 novembre doit confirmer de nouvelles adhésions.

 

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 15:42
Des informations et des réflexions utiles.
Ca bouge à gauche, cette initiative est heureure au moment ou le PS poursuit à la fois son glissement social-démocrate, sa guerre des égos en oubliant la crise économique et la souffrance qu'elle génére. L'acceptation du capitalisme et de l'économie de marché, sont  la cause de cette misére, il faut donc proposer une autre alternative politique et imposer les régles d'une économie équitable.
L'initiative du lancement d'un Parti de gauche et de progrés peut devenir ce nouveau laboratoire d'idées et une force alternative qui donnera au peuple Européen l'espoir d'un nouveau monde.
J'apporte mon soutien à cette initiative en relayant les informations utiles et les réflexions en cours.
Gérard Letailleur.
                                                         ___________________________________
Le Parti de Gauche communique:
Le lancement par Jean Melanchon et Marc Dolez du nouveau Parti De Gauche, s'organise et se renforce.
Le 29 novembre meeting de lancement du Parti De Gauche à L'Ile-Saint-Denis à 15H avec Oskar Lafontaine.
La mobilisation militante s'organise.
Le site Internet relaie toutes ces informations au fur et à mesure, www.partidegauche.fr .
Vous pouvez  vous tenir au courant régulièrement pour vous joindre à une équipe.
De nouveaux renforts.

Chacun d'eux est important. Notons ces derniers jours, Jacques Généreux, Franck Pupunat, et Jacques Rigaudiat. Ce sont trois anciens responsables nationaux du Parti Socialiste. Ils y représentaient une variété de plus en plus rare : ceux qui prennent les idées au sérieux. Ils sont respectivement spécialistes d'économie, d'écologie et des questions sociales. Non seulement ils lisent mais en plus ils écrivent. C'est précieux, non ? Autant dire qu'ils ne vont pas chômer.

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 23:29

C’est quoi le socialisme à la Française ?

Nicolas Sarkozy, à la faveur de la crise, utilise en discours une partie des valeurs et des propositions traditionnellement portées par la gauche et le PS. Cela explique t’il l’absence de tout projet alternatif au PS. Le congrès de Riens et le vote pour le poste de premier secrétaire démontre que cela n’est pas leur préoccupation première. La lutte des égos et le bal des hypocrites bat son plein, au point qu’une question reste à trancher : aujourd'hui, c'est quoi le socialisme à la française ?

Le supplice des militants n’est pas finit, l'histoire du PS sera-t-elle tournée. Le parti de Jaurès à perdu son idéal en reconnaissant dans l’hypocrisie la plus totale l’économie sociale de marché. On voit ce que cela donne!

Soutenir et imposer une économie équitable du marché, c’est retrouver l’idéal internationaliste de la gauche.

Si l’économie de marché répond à un mode d’organisation des sociétés démocratiques, elle ne peut réponde au projet social. C’est l’économie équitable, celle qui respecte les droits, les minimas sociaux, l’environnement, la qualité qui doit être seule admise à participer aux marchés. En défendant cela la gauche retrouvera une de ses valeurs fondamentales et sa dimension internationaliste. La crise du PS c’est d’abord le reniement de cette valeur.

Premier secrétaire, un vote qui coupe en deux le parti.

Premier secrétaire, dans un parti en ruine ne sera pas simple à gérer. Pourtant seuls des fossés politiques séparent les uns des autres. Bertrand Delanoë, Ségolène Royal, Martine Aubry, qui veut ancrer le parti à gauche, elle avoue donc qu’il n’y est pas. Benoît Hamon qui semblait le plus cohérent prône la rupture avec le capitalisme, mais appelle à voter pour une candidate, qui ne prône pas la rupture et gère avec le Modem sa ville de Lille… Comprenne qui pourra.

Le parti socialiste n'a plus de ligne, plus vraiment de boussole, les militants sont tout aussi divisés que leurs chefs sur toutes ces questions. Il sera bien difficile d'établir un consensus.

 

Un résultat qui ne peut qu’être contesté.

 

Des pratiques douteuses nous avons des exemples à Petit Couronne ou des adhésions n’ont pas respecté les règles statutaires. De nombreux adhérents ne sont plus convoqués, ou des annonces d’exclusions circulent sans que les personnes concernées en soit informées. Ces pratiques mettent clairement en cause la régularité du vote.

 

Mais l’essentiel pour espérer un autre monde, n’est plus d’attendre que le PS change, ça suffit !

Le socialisme internationaliste et humaniste nécessite de construire un autre parti de gauche, pour la France et l’Europe d’abord, pour agir avec les peuples qui subissent et vont encore plus subir les dérèglements d’un capitalisme financier, qu’il faut remettre en cause et non pas réhabilité. Un parti présent dans les luttes sociales et offrant des réponses alternatives à la droite.

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 23:07

 

Sénateur de l'Essonne, ex-ministre délégué à l'Enseignement professionnel dans le gouvernement Jospin, Jean-Luc Mélenchon vient de claquer la porte du PS -à qui il reproche sa dérive droitière- pour fonder, avec Marc Dolez, député PS du Nord,  le «Parti de gauche». Sa priorité: dialoguer avec les communistes et les amis d'Olivier Besancenot.

Jean-Luc Mélenchon. Je m’en vais car je constate que ce navire prend définitivement une direction contraire à celle que je crois utile à gauche. Que cela plaise ou non, les faits sont les faits : au terme d'une évolution qui aura conduit le PS à Reims à un véritable auto-sabordage, le vote des militants place le parti socialiste dans la même ornière que le reste de la social démocratie européenne, 80% des votants se sont prononcés  pour cette ligne.Ségolène Royal est arrivée largement en tête, car elle incarne la forme la plus aboutie de cette dérive-là.
 
Royal-Aubry-Delanoë, le même combat,
Ils ont des façons différentes de s'exprimer. Mais le fond est exactement le même. Voyez à propos du Modem de Bayrou : à Lille, Martine Aubry n'a rien à envier à Ségolène Royal puisqu’elle s’est alliée à eux chez elle alors qu'elle n'en avait pas besoin. Quant à Delanoë, s’il tient officiellement le MoDem à distance, on peut compter -parmi ceux qui l’entourent- le nombre de ceux qui  ont déjà fait alliance avec les amis de Bayrou.
La conception du parti, disons que chacun d'entre eux s'imagine dirigeant le parti d'une façon différente. Mais c’est pour faire la même chose. Simplement, Ségolène Royal a deux atouts: d’abord, elle a été la candidate du parti ; ensuite, elle donne à ce changement une forme originale. Les deux autres ont pris un terrible coup de vieux.

Le PS a toujours été jusqu'ici une exception au sien du socialisme international, par ses alliances, car il était le seul à s'allier à des communistes. Par le programme, car nulle part ailleurs, pour ne citer que ces deux exemples, on a fait adopter les 35 heures sans perte de salaires et la  couverture maladie universelle. Il y a toujours eu une singularité du PS.
La honte, de la social- démocratie c'est la participation à des gouvernements de coalition avec la droite, comme c'est déjà le cas en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Slovaquie. A moins qu’il ne s’agisse de devenir soi-même un parti de centre-droit comme en Angleterre ou en Italie. Le désastre, c’est de renoncer à une orientation clairement anti-capitaliste au moment précis où nous entrons dans une crise majeure du capitalisme. Toute la gauche devrait être vent debout aux côté des salariés et mettre en  place d’urgence un bouclier social. 

Je suis, en vérité, un républicain socialiste finalement assez traditionnel. J'appartiens à la tradition de Jean Jaurès et je reste fidèle à la démarche anticapitaliste du PS fondé dans  les années 70.

Mitterrand a été contraint de constater que le socialisme dans un seul pays, ce n’était pas possible. Il a fait le choix de l’Europe pour accomplir le projet socialiste. Pas pour une Europe à 27 avec une Constitution ultra-libérale. Cette Europe nous mène au chaos social et politique.
Je compte sur les prochaines élections européennes, pour que les électeurs sanctionnent la droite et la gauche du oui à l’Europe libérale.

Je me tourne vers les communistes et vers Olivier Besancenot, pour constituer  ensemble un front de gauche aux européennes avec l’objectif que ce front devance la droite et le PS. Nous allons nous dresser, nous, frontalement contre la droite pour que cette liste soit en tête. On aura alors révolutionné la gauche et bouleversé le paysage.

Je m'adresse aux gens simples, aux salariés du rang, aux chômeurs, à tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans le PS courtisant les classes moyennes supérieures. Un PS de « bobocrates » dont les dirigeants, tellement arrogants, sont coupés du peuple. J e m'adresse aussi à mes camarades qui sont à la gauche du parti et qui, aujourd'hui, pataugent dans les complots sans principe. Au moins, camarades, défendez votre dignité politique puisque tout  le reste est perdu : rejoignez-nous au  Parti de Gauche.

Sarkozy l'illusionniste hors pair. Ce rôle lui est facilité par le fait qu'il n'y a pas d'opposition. Mais sa posture est grotesque. Moraliser le capitalisme alors qu’il est fondamentalement amoral, c’est une mauvaise plaisanterie !… Sarkozy aura été, à Washington, le bon serviteur du système néo-libéral.

S'il n'y a pas dans ce pays une alternative de gauche claire et praticable, si la gauche n’est que la roue de secours du carrosse libéral, des solutions fascisantes feront, hélas, leur chemin. Il n'y a pas d'exception à cela dans l'histoire. L'autre conséquence, ce seront les dérives nées de la rage impuissante de certains. Des dérives qui peuvent mener l’ultra-gauche à des formes d’action violente inacceptables dont nous porterions pourtant aussi la responsabilité. Il faut donc que chacun s'assume et en finisse avec ces hypocrisies qui voient le PS rédiger des projets d’une modération confondante pour aller ensuite devant les micros tenir des propos dignes de Che Guevara. 

Vous pouvez donner votre avis sur cette démarche, merci 

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 00:58

Élections américaines : Obama-Mac Cain

Il n’y a rien à attendre des deux candidats sur la politique de contrôle de l’énergie

Les Etats-Unis sont le pays au monde où la consommation d'énergie primaire par habitant est la plus élevée : deux fois plus qu’un Européen, quatre fois celle d'un Chinois.

La guerre en Irak a pour objectif non avoué de contrôler les réserves pétrolières du pays en écartant les compagnies des autres continents.

L’Amérique est présente en Asie centrale et dans le Caucase pour protéger l'accès aux réserves d'hydrocarbures de la mer Caspienne et l'acheminement du pétrole et du gaz vers l'Occident.

Il leur faut répondre aux besoins en pétrole des Etats-Unis pour les vingt-cinq prochaines années, cette stratégie est inscrite dans un rapport du Groupe de développement de la politique nationale américaine de l'énergie.

 Des divergentes de l'avenir énergétique et les mesures à prendre.

Obama, veut taxer les compagnies pétrolières pour aider les ménages modestes face à la hausse du prix de l'énergie en leur versant une compensation. Il met l'accent sur le lancement d'une filière nationale des énergies renouvelables, sur la base d'investissements publics massifs pour développement et investir dans les économies d'énergies, les biocarburants, le tout dans la perspective de créer cinq millions d'emplois.


Selon le Sierra Club, association de protection de l'environnement aux Etats-Unis qui rassemble 1,3 million d'adhérents, John Mac Cain soutient la même politique que celle de George Bush : sa campagne a reçu plus deux millions de dollars de la part des pétroliers, en récompense du vote de John Mac Cain contre la taxation des compagnies pétrolières au Sénat : Il s'est opposé à la suppression des 13 milliards de subventions d'Etat accordées aux compagnies pétrolières, il entend même les augmenter de 3,8 milliards de dollars et accorder des allègements fiscaux supplémentaires au secteur pétrolier, selon cette association.

 

Leur désaccord sur la fixation d'un objectif fédéral chiffré en matière d'énergies renouvelables existe.

Barack Obama vise un objectif de 10% en l'énergie renouvelable d'ici à 2012.

Mac Cain s'oppose à un tel objectif et a déjà voté à huit reprises contre l'adoption d'une norme fédérale d'électricité renouvelable, contre les subventions aux énergies nouvelles et contre les dispositifs d'incitation au développement du solaire et de l'éolien.
John Mac Cain est partisan d'une relance du nucléaire, stoppée aux Etats-Unis depuis trente ans : il en appelle à la construction de 45 nouveaux réacteurs d'ici à 2030. À long terme, il propose la construction de 100 centrales. Sur ce point, Obama n'exclut pas l'option nucléaire, mais en appelle au principe de précaution : avant d'envisager une extension du recours au nucléaire, il faut prendre en considération des enjeux cruciaux tels que la sûreté, la gestion des déchets et la prolifération., dit il.
Mac Cain plaide pour une subvention de deux milliards de dollars par an afin de soutenir le charbon dit « propre », alors que Barack Obama propose de recourir à des partenariats public-privé et de consacrer l'essentiel des subventions aux énergies renouvelables et à la maîtrise de l'énergie.

Le défi climatique et la réduction de gaz à effet de serre.
Depuis l'ouragan Katrina le changement climatique a commencé à devenir une réalité aux Etats-Unis. Alors que George Bush tenait des propos niant la problématique climatique.

Mac Cain et Obama sont d'accord sur un point majeur : la nécessité d'infléchir les émissions.

L'objectif du programme d'Obama reprend les préconisations scientifiques, une réduction de 80% d'ici 2050 par rapport à leur niveau de 1990, avec un seuil intermédiaire de -20% en 2020.

 John Mac Cain vise une réduction de 60% d'ici à 2050 par rapport à 1990.

Barack Obama déclare en plus qu’aucune industrie ne serait autorisée à émettre gratuitement des gaz à effet de serre. Le monde des affaires n'est pas propriétaire du ciel, qui est un bien public. Il appel à poser les fondations de nouveau  protocoles climatiques, dans le cadre d'un Forum global sur l'énergie.

Même si je n’ai pas trop d’illusion, sur la politique américaine et leur futur président, il est préférable pour la baraque terre de soutenir OBAMA, c’est un peu plus rassurant.

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 17:28

La modernité des idées est bien toujours à gauche.

 

Mais ou est la gauche aujourd’hui ?

 

Face à la crise financière internationale dont on n’appréhende pas encore toutes les conséquences. Dans une économie mondialisée où le spéculatif a pris le pas sur l’économie réelle, l’idéologie libérale est en échec.

En urgence, la droite évoque, enfin, la question de la restriction au libre-échange et redécouvre la nécessité de la régulation par la puissance publique. Pour protéger les emplois, notre Président s’aperçoit des dégâts provoqués par l’absence de planification et de soutient à la politique industrielle, il était temps.

Le pouvoir d’achat des ménages, et donc l’augmentation des salaires ne sont pas un frein mais au, contraire, un élément moteur de la croissance, il est temps d’y mettre autant de moyen et de volonté que pour sauver les banques.

Le libéralisme est en crise mais, la social-démocratie ne se porte pas mieux pour autant, car elle ne se soustrait pas à la pression de la “pensée unique”.

La Gauche européenne et le Parti Socialiste Français sont entraînés dans le sillage de la crise de l’idéologie libérale. Faute d’avoir voulu proposer une orientation qui mobilise et unifie les classes populaires et moyennes, les échecs électoraux se sont multipliés en Europe.

Le temps de la gauche est venu, il faut lever un nouvel espoir en changeant d’offre politique avec des propositions alternatives qui seules permettront l’alternance.

Les congrès du Parti Socialiste et du Parti communiste d’ci à Décembre 2008 et la perceptive de l’élection du parlement européen en Juin 2009, offre à la gauche une occasion unique de construire cette offre politique nouvelle et de la proposer aux peuples européens. Agir au niveau européen, me semble constituer le niveau minimum pour créer un contre pouvoir politique suffisamment efficace  pour lutter contre les dérives de la mondialisation financière.

L’intelligence et l’honnêté en politique c’est d’abord la conviction, la fidélité et la loyauté et pas la faculté à s’adapter et à changer selon son environnement.

Il est tant qu’à gauche ont redécouvre cette vertu.

 

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 18:16
  Décentralisation : 
Un vrai débat va t'il enfin s'ouvrir sur la pertinence du maintien  de toutes nos collectivités locales.

    Avec un projet de création d'une communauté urbaine sur la région rouennaise, cette question nous semble essentielle.


Le groupe UMP à l'Assemblée nationale et son président Jean-François Copé estime que «l'Etat doit mettre une partie de ses collaborateurs - les hauts fonctionnaires - à la disposition du Parlement» pour préparer «la fusion régions-départements» qu'il appelle de ses vœux.

«Il faut un véritable big bang du redécoupage des compétences pour rendre l'action lisible..


Les Fonctionnaires et agents des collectivités seront-ils sensibles à cette annonce du gouvernement, quelques jours avant la manifestation du 7 Octobre. 
 
Le conseil des ministres devrait adopter ce mercredi un décret revalorisant les traitements de la fonction publique, prévoyant une augmentation de 0,3% à compter du 1er octobre 2008.

La Commission consultative d'évaluation des normes (CCEN), installée jeudi 25 septembre a examiné mardi ce projet de décret.

Vos réactions.
Merci
               

Partager cet article

Repost0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 01:48

Le plafond des ressources pour accéder aux HLM en baisse Des difficultés supplémentaires pour se loger et un baisse du pouvoir d’achat pour ceux qui seront concernés par un surloyer.

 

Nicolas Sarkozy a présenté, au terme d’un Conseil des ministres sur la modernisation des politiques publiques qu’il tenait à l’Elysée, 166 mesures pour faire réaliser des économies.

Abaisser le plafond d’accession au logement social

Des difficultés supplémentaires pour se loger et une baisse du pouvoir d’achat pour ceux qui seront concernés par un surloyer.

Parmi les 166 mesures annoncées, figure l’abaissement de 10% du plafond pour accéder au logement social, afin de ramener à 60% la proportion des ménages éligibles, contre 70% actuellement : le plafond passera donc de 4.600 à 4.150 euros par mois.

Dans le même temps, les surloyers des personnes bénéficiant d’un logement social alors qu’ils en ont dépassé le plafond de ressources seront augmentés et la gouvernance du 1% logement sera rénovée. 
La ministre du Logement Christine Boutin s’est dite «confortée» par les mesures annoncées, concernant le logement. «L'effort en matière de logement reste une priorité du gouvernement. Il n'y a pas de rigueur, mais de la rationalisation», a-t-elle expliquée, ajoutant qu’il fallait «mieux cibler là où les problèmes sont prioritaires, et être équitables».  
Pierre Quercy, délégué général de l'Union sociale pour l'habitat, se dit rassuré concernant les mesures annoncées pour les HLM.  

Il explique qu'en «terme de principe, ce n'est pas une bonne idée», mais «une baisse de 10% ne va pas remettre en cause fondamentalement la mixité» dans le logement social.


Partager cet article

Repost0
5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 01:17

Une défense européenne, vite !
Le retour dans le commandement militaire de l'OTAN, pour quoi faire ?


Le 26 avril 2007, le candidat Sarkozy estime que la présence à long terme des troupes françaises en Afghanistan n'est pas décisive. Il se déclare même prêt à poursuivre la politique de rapatriement de nos soldats, alors engagée par Jacques Chirac.

Le 27 mars 2008, 11 mois plus tard, Nicolas Sarkozy annonce l'envoi de 1 000 hommes supplémentaires en Afghanistan.

La fuite en avant,  car les risques d'enlisement sont  forts ; les objectifs pas définis et on ne peut risquer la vie de nos soldats sans savoir quels sont les objectifs de leur mission.

 

La priorité me semble t’il :

 

Donner au gouvernement d'Hamid Karzaï les moyens d'assurer la stabilité de l'Afghanistan. L’envoi d’hommes supplémentaires va-t-il servir cet objectif.

 

Une république ou les représentants du peuple décident :


La réforme des institutions et le renforcement du rôle du Parlement promis par le candidat Sarkozy sont clairement jetés aux oubliettes, puisqu’il n’a qu’un rôle consultatif, sur une décision aussi importante pour le pays.

Plus grave encore, lors du Sommet de Bucarest, Nicolas Sarkozy a fait prendre à la politique étrangère de la France un virage périlleux. En réintégrant le commandement militaire de l'OTAN, il prétend ainsi redéfinir notre rapport à l'Alliance atlantique et, en même temps, renforcer l'Europe de la défense.

 

Nous n’avons qu’à écouter le souverain président, vous dites république ou monarchie ?

Partager cet article

Repost0
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 19:34


undefinedIntervention de Yves Ledoux, lors du premier conseil municipal.



Les élections sont passées, les Couronnais ont choisi, ainsi  vous êtes élus majoritairement. C’est la règle démocratique,  nous respectons le choix des citoyens. Nous remercions les  1427 Couronnais qui ont soutenu notre projet et que nous représentons au sein de cette assemblée. 

Vous devrez maintenant appliquer votre programme, respecter vos promesses.

Quant à nous, nous ferons notre travail, de façon la plus constructive possible pour l’intérêt général de tous les Couronnais.

Nous dénoncerons tout ce qui doit l’être, de notre avis.

Nous nous opposerons quand il le faudra,

Nous ferons avancer nos idées et notre programme, c'est-à-dire : 

     -préserver et améliorer les équipements et services qui font la qualité passée et présente de
     notre ville

     -Défendre le pouvoir d’achat des couronnais en respectant nos engagements antérieurs et en
     améliorant la situation des plus démunis.

     -Appliquer le plan local d’urbanisme qui favorise l’émergence de nouvelles zones d’emplois et
    de développement économique, indispensables à l’équilibre de notre budget, à l’emploi 
    des jeunes et des chômeurs.

     -La fidélité à nos décisions et réalisations passées, l’honnêteté sur nos alliances, nous en
     sommes convaincus, reste la voie indispensable à la revalorisation nécessaire de la politique.

Après un sursaut citoyen important lors de la dernière élection présidentielle avec un taux d’abstention historiquement très faible, nous  regrettons que plus de 32% de Petit Couronnais n’aient pas pris part au vote de dimanche, même si cette participation n’est pas la plus mauvaise au regard d’autres communes.

Nous constatons aussi que plus de 7,50% de votes nuls, marquent leurs défiance aux deux listes présentes. L’absention et le vote nul marque peut être une défiance à l’offre politique actuelle. Moins de 63% de Petit Couronnais en droit de voter ont donc fait un choix.

La règle démocratique s’applique, avec 39,91% des inscrits vous êtes élus majoritaires, avec 23% des inscrits nous sommes élus dans la minorité. Ceci doit nous interroger sur l’état de la pratique citoyenne, et l’offre politique actuelle.

Nous nous félicitons des succès de la gauche dans son ensemble, mais nous avons la confirmation, au travers des tractations d’entre deux tours, des alliances à géométries variables et des compétitions internes, nous avons la conviction  que le pays à besoin de voir naître une grande force politique progressiste, capable d’offrir une alternative à la politique actuelle, c’est aussi le sens de notre engagement.

Le succès  de la gauche à Rouen ouvre, dans l’agglomération, une situation nouvelle qui posera  question sur la nature et les compétences de la structure. La dynamique de notre agglomération reste essentielle pour notre avenir, notre développement économique puisqu’elle exerce cette compétence.

 Le passage à une communauté urbaine élargie est déjà ouvert par certains, cette solution entraînera automatiquement d’importantes modifications dans le domaine des compétences.

Nous entendons prendre part à ce débat, comme nous entendons user et faire respecter tous nos droits en matière, de moyens, de contrôle, d’information, de communication et de participation.

Nous notons des points de convergence dans ce domaine,  entre nos deux programmes.

Nous vous demandons de faire respecter, notamment par certains personnels de la commune, leur obligation de réserve et d’avoir des comportements respectueux, ce qui n’a pas été toujours le cas durant cette campagne.

C’est au maire de faire respecter ces principes et d’apporter l’apaisement.          

Pour notre part, nous appelons tous les couronnais à se respecter, à tous les employés de la commune de respecter les fonctionnaires (leurs collègues) qui ont fait des choix différents. Nous rappelons que chaque salarié d’un service public doit travailler, au service de la population et non au service d’une majorité ou d’une minorité. 

Enfin, nous savons que des employés communaux subissent des pressions inacceptables, sachez que nous ferons tout ce qui sera en notre pouvoir pour faire cesser ces pratiques notamment en les dénonçant publiquement.

Nous sommes convaincus que ce point de vue est partagé par bon nombre d’entre vous.

Merci encore à la population qui nous a fait confiance.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2