Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 17:04

visage-europe.jpg Pendant que les salariés en Europe manifestent contre l'austérité, les députés et sénateurs du PS, ne s'opposent pas à un traité qui va organiser l'austérités partout et notamment en France.IMG_1752.JPG

 

La France était le seul des quatre pays (Allemagne, Espagne, France, Italie) disposant du droit de veto sur la mise en place du Mécanisme européen de stabilité (MES) a disposer d’une majorité de gauche dans l’une de ses assemblées. Après sa capitulation à l’Assemblée nationale le 21 février 2012, le PS pouvait encore aujourd’hui prendre la mesure de la situation et bloquer, au Sénat, la ratification du traité instituant un mécanisme qui institutionnalise la Troïka (Commission européenne, BCE, FMI) et ses plans d’austérité cruels, ainsi que le directoire franco-allemand qui dans la majeure partie des cas décidera seul d’avaliser ou non ces plans d’austérité. Par ce vote, le PS pouvait infliger une sérieuse défaite à Nicolas Sarkozy et à la droite. Au lieu de cela, il a fait, une fois de plus, le choix du pire. En s’abstenant, la majorité des sénateurs du PS a choisi d’avaliser le mécanisme corolaire du « pacte budgétaire ». Ce traité Sarkozy-Merkel,The-babysitter sarko angéla le PS dit vouloir le « renégocier » mais refuse que le peuple soit consulté par référendum.Logo-20Front-20de-20Gauche-20petit.png Seuls 3 sénateurs socialistes ont fait aujourd’hui un vote de gauche : Jean-Pierre Godefroy, Marie-Noëlle Lienemann et Daniel Percheron. Nous les saluons ainsi que les 8 sénateurs d’EELV qui ont voté contre le projet de loi de ratification. Nous dénonçons haut et fort le choix fait par le PS et réaffirmons que Jean-Luc Mélenchon et le Front de gauche s’engagent fermement pour un référendum sur la ratification de ce traité.place au peuble Tous ceux qui veulent dégager la troïka, qui s’opposent à une Europe austéritaire et qui veulent construire une Europe basée sur l’égalité, la démocratie, le respect et la solidarité entre les peuples, tous ceux-là n’ont qu’un seul vote pour défendre leurs idées et leur futur : le vote Front de Gauche et le bulletin « Jean-Luc Mélenchon » le 22 avril. D’ici là rendez-vous, à la Bastille le 18 mars.

Partager cet article

Repost0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 12:30

 

 

Dominique Sentis, travaille depuis 31 ans à la raffinerie de Petit Couronne, il est aussi écrivain. Alors, il livre dans la lettre qui suit son sentiment après le passage du grand Magic Circus dit il, de vendredi dernier.IMG 1714

 

 

Lettre d’encouragement aux sceptiques professionnels et autres pessimistes chroniques

 

Vendredi après-midi, la grande parade a clôturé en apothéose notre joyeux carnaval par la venue de l’illustre présicandidendat. Tout ceci pour nous signifier de vive voix que le feu est passé au vert et que désormais la balle est dans notre camp. Puis le grand Magic Circus a remballé son barnum ; les journalistes et les policiers ont replié leur matériel, nous laissant enfin entre nous dans l’intimité de notre raffinerie…
Y a plus qu’à !

Certes, la tâche qui nous attend de pied ferme est considérable.

Tout d’abord de gros travaux. Ils sont obligatoires pour avoir l’autorisation de redémarrer même si ce n’est pas marrant. C’est du lourd et c’est chaud !

Puis ensuite refaire bouillir les marmites sans casser ce qui vient d’être réparé. Redémarrer sans joker ni seconde chance…c’est show !

Et j’en vois et entends qui déjà depuis un bon moment ; soupirent, ronchonnent, baissent les bras puis la tête…
NON !

Au contraire ! Haut les cœurs !

C’est à ces gens-là que je veux m’adresser en priorité, qu’ils soient obscurs opérateurs ou membres éminents du Codiraf !

On n’a pas le droit de douter ! Et on a besoin vital de tout le monde sur le pont, du simple troufion de quart au généralissime de la normale !

Ce qui nous est demandé maintenant, ce n’est pas l’impossible, c’est juste de faire notre boulot ! En mettant seulement encore un peu plus de cœur et d’application à l’ouvrage…Mais finalement rien qu’on ne sache pas faire ! Rien qu’on n’ait déjà fait par le passé !

Les travaux ?

La belle affaire ! Ce n’est jamais qu’un grand arrêt de plus ! Nous sommes là en territoire connu ! C’est juste une question de logistique et d‘organisation, et pour se faire nous avons reçu à la tête de l’usine un renfort de grande qualité.

Redémarrer les unités ?

C’est délicat, difficile, sûrement compliqué après tout ce temps arrêté…mais durant ces simples dernières années, combien de fois l’avons-nous fait et réussi ?

Alors, même pas peur !

Oh ! j’en entends certains de là ou j’écris qui ruminent : mais il est qui lui, pour venir nous faire la morale et nous servir la messe !

Pas grand-chose de plus que vous c’est certain. Une modeste et anonyme fourmi dans cette boutique depuis 31 ans. Troisième génération au service de notre grand-mère de 83 balais et quelques rudes batailles déjà menées pour la défendre contre les rapaces de toute plume et les fossoyeurs de tout poil…Alors forcément on s’attache ! C’est humain.IMG 1713

C’est pourquoi je rejoins mon ami Yvon le magnifique quand il clame haut et fort que cette raffinerie, elle est à nous !

Même si au niveau paperasse c’est contestable, au niveau du cœur il n’y a pas photo !

Alors à ceux que la charge de travail face à nous effraie…

Je leur rappellerai simplement ce que nous étions et ou nous étions au matin du 28 décembre 2011…Rien ! Et nulle part !

Nous n’avions plus de boulot, plus de rôle à jouer, et plus d’outil à faire fonctionner…nous n’étions même pas de la merde car elle, a une utilité sur cette terre  (il suffit de marcher dedans pour s’en convaincre).

Devant nous à chaque pas, c’était le vide. Le néant.

Aujourd’hui, on nous donne les moyens de prouver que notre lutte était juste et notre combat justifié !

Aussi, ne serait-ce que pour renvoyer l’ascenseur à la formidable Intersyndicale qui a tout emmené sur son passage, qui s’est démultipliée, s’est battu sans jamais rien lâcher, qui a su se sublimer pour nous sauver tous alors que certains ne pensaient qu’à se sauver…Oui ! Nous avons le devoir moral de nous montrer à la hauteur de leur engagement et de leur détermination sans faille ! Ils nous ont ouvert la voie, à nous de nous y engouffrer.

C’est à notre tour de jouer !

Car dites-vous bien mes amis, que désormais on nous regarde. On nous observe avec attention. Souvent avec bienveillance, parfois avec défiance, d’autre fois avec hostilité à peine masquée.

Que ce soit nos amis et alliés que nous ne pouvons décevoir parce qu’ils croient en nous, que notre aventure est exemplaire et pourrait en cas de succès faire jurisprudence dans le monde du travail.

Comme nos ennemis tapis dans l’ombre et silencieux, du côté de l’UFIP par exemple, qui n’attendent que notre échec cuisant pour s’en délecter car notre réussite leur fout les jetons pour les mêmes raisons citées ci-dessus !

Prouvons à nos amis qu’ils ont eu raison de nous soutenir et ne faisons le cadeau de notre défaite à nos adversaires !

On ne s’est pas battu aussi longtemps et si dur pour se décourager maintenant ! Alors faisons le métier comme nous l’avons appris ! Soyons fier de nous tous et de chacun ! Car tout le monde est important et chacun a un rôle prépondérant à jouer ! 

Ce qui nous attend est exaltant ! Car à notre manière et involontairement nous sommes précurseurs. Depuis le début nous écrivons l’histoire. Une histoire qui fera date et exemple dans le futur, qui nous dépasse et surpasse de beaucoup la simple enceinte de notre usine, alors sachons lui donner une issue heureuse afin qu’elle ne nourrisse pas plus tard d’amers regrets. Que l’on puisse dire : j’y étais !

C’est un défi humain à relever : nous unir pour ne former plus qu’un et être le plus efficace possible en faisant fi de nos différences. Utilisons notre diversité pour la transformer en complémentarité !

C’est un défi industriel à réaliser : mais c’est notre métier, ce pour quoi nous avons été embauchés. Sauf que cette fois, il nous faut l’exécuter en pleine lumière médiatique sous les projecteurs de l’actualité que nous nourrissons semaine après semaine.

Alors ?

Toujours peur ?

Mais moi aussi, j’ai le trac et un certain vertige !

Toutefois si on a le droit d’être gagné par la peur on n’a pas le droit de la laisser nous vaincre !

Qu’importe le stress et l’angoisse ! Il faut s’en servir pour se surmotiver et non se laisser paralyser ! La peur doit sublimer, sinon elle détruit.

Soyons fier de ce que nous avons déjà réussi et ou nous sommes arrivés aujourd’hui. Rappelons-nous que l’on pourrait fort bien déjà parler de notre raffinerie au passé. Qu’elle serait fermée. Et nous  dehors.

raffinerie fuméeMais faisons surtout preuve d’orgueil plein placé pour parvenir au but que nous nous sommes implicitement fixés : entendre de nouveau les machines rugir de plaisir ! soutien petroplus GL PD TF B Dug

Pour finir je citerai le courageux Henri de Turenne qui disait en pleine bataille alors que la mitraille sifflait de toute part autour de lui : « tu trembles carcasse ? Si tu savais ou je t’emmène, tu tremblerais bien plus encore ! »

Et il y allait.

Alors…On y va ?

 

D Sentis

 

 

Partager cet article

Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 21:38

Le « Mécanisme européen de stabilité ». L’enjeu qui s’y rapportent sont couverts par une lourde et significative indifférence médiatique, en dehors de « Libération » et du « Monde ». Logo-20Front-20de-20Gauche-20petit.png

Rien à signaler. Mardi 21 février, les députés devaient se prononcer sur l’instauration du « Mécanisme européen de stabilité ». Dans cette affaire rien n’est simple. Même le processus de ratification est complexe puisque les députés étaient amenés à se prononcer sur deux projets de loi :

1) Le premier projet de loi autorise la ratification de la décision du Conseil européen modifiant un article du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne afin de permettre la mise en place d’un « Mécanisme européen de stabilité ».

2) Le deuxième projet de loi autorise la ratification du traité instituant le « Mécanisme européen de stabilité ».

En résumé, les députés devaient d’abord voter sur le principe d’un « Mécanisme européen de stabilité » puis sur le projet en tant que tel du MES.

Les députés du Front de Gauche ont donc voté contre à deux reprises. Les députés du Front de Gauche ont fait bloc face à « un projet qui saigne les Etats européens » et ont voté « NON » au MES. Les 3 députés d’Europe-Ecologie-Les-Verts ont également voté contre le MES.

Malheureusement les socialistes ont eu besoin pour se mettre d’accord entre eux de diviser toute la gauche et ont choisi de s’abstenir. Seuls 16 députés socialistes ont eu le courage de ne pas respecter la consigne et ont également voté contre. Leur vote est la preuve que contrairement à ce que dit la direction socialiste, le vote lamentable qu’elle a choisi ne va pas de soi, qu’il est critiquable.

A la demande des députés du Front de Gauche, le scrutin était public pour que chaque citoyen ait le droit de connaître le vote de nos députés (lien : http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo0861.asp). La droite étant majoritaire, l’Assemblée Nationale a donc adopté mardi le MES.

Le texte doit encore passer au Sénat où la gauche est majoritaire. Les sénateurs du Front de Gauche continuent le combat. Ils seront présents mardi prochain pour voter contre le MES. Ce n’est pas tout. Nicole Borvo, la présidente du groupe Front de Gauche, a également interpellé l’ensemble des sénateurs de gauche afin de déposer un recours devant le Conseil constitutionnel. En effet, pour les traités précédents (Traité d’Amsterdam, TCE, Traité de Lisbonne) le Président de la République avait saisi le Conseil constitutionnel en amont de la ratification. C’est une figure imposée par l’usage car il est évident que chaque nouveau traité modifie le périmètre de la souveraineté nationale en en déléguant une part au niveau européen. Or la Constitution ne permet pas ce genre de transfert sans que cela soit expressément délimité et affirmé en congrès du parlement.

Cette fois-ci Nicolas Sarkozy n’a pas osé prendre le risque d’un rejet par le Conseil constitutionnel. En effet, pour bénéficier du MES, les Etats devront se soumettre à la tutelle budgétaire de Bruxelles. Or, l’article 14 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, préambule de notre Constitution, établit la souveraineté du peuple en matière de politique budgétaire. Le MES et le traité Merkel-Sarkozy ne respecte donc pas notre Constitution. Il faut maintenant réussir à réunir les 60 sénateurs ou députés pour pouvoir déposer ce recours devant le Conseil constitutionnel.

Il est décisif que le peuple reprenne le pouvoir et interpelle les parlementaires. Il faut éviter que cet épisode sombre dans le néant de l’indifférence et de l’oubli auquel aspirent ceux qui organisent cette manœuvre. Je vous invite à regarder cette vidéo qui vous explique de quoi il s’agit exactement : http://www.youtube.com/watch?v=rFTbIGahzhU&feature=colike

Le MES est le nouveau dictateur européen. Quand il veut, et aussi souvent qu'il veut, il peut simplement exiger des pays de la zone euro de payer des milliards d'euros sous 7 jours!!!

 

Partager cet article

Repost0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 19:08

IMG_1734.JPGcrs-devant-rd3.jpg

Mais, cette visite au coût financier extraordinaire, compte tenu des moyens mis en place, avait-elle un intérêt ? Eh bien non ! rien de nouveau n’a été annoncé, le président est juste venu confirmer ce que  les syndicats avaient annoncé à l’assemblée générale de jeudi 23 à midi et que j’ai écrit dans ce blog hier.

A savoir, que le contrat pour six mois d’un travail à façon avec Shell, avait été signé (la grande nouvelle !) hier au soir. Un simple coup de téléphone aurait coûté beaucoup moins cher.

Mais personne n’est dupe, cette visite du chef de l’état est plus une visite du candidat Sarkozy sur fonds publics avec un objectif de récupérer à son profit les acquits de la lutte des salariés.

sark-rien-sur-l-avenir.jpgLa pièce à deux  faces » Président-Sarkocandidat », ne trompera personne, aucune annonce sur un repreneur éventuel, aucun mot sur la nécessité  de garantir notre indépendance énergétique, aucun mot sur la nécessité de mettre des visas aux portes de l’Europe, voir du pays, pour éviter une concurrence déloyale sur l’importation de produits pétroliers ne respectant pas les mêmes normes de production qu’en France.

Plus que jamais, les salariés de la raffinerie doivent maintenir la pression, l’avenir du site repose sur leur combativité et sur la nécessité que demain, le prochain Président de la république, fasse de l’Independence énergétique de notre pays une priorité. Chacun aura pu entendre lors du passage des différents candidats à la présidentielle, celui qui propose clairement la bonne direction.

The-babysitter sarko angélaAvec cette visite, les grands médias, nous expliquent que les deux favoris de la présidentielle, jouent  la proximité avec le monde de l’industrie et des travailleurs. Hollande à Arcelor, Sarkozy à Petroplus, mais l’un et l’autre soutient ou s’abstient  sur le nouveau traité européen qui  conforte la politique ultralibérale et  l’austérité en Europe. Il ne faudra pas l’oublier le 22 avril prochain au premier tour de l’élection présidentielle. 

Pour en savoir plus sur le traité, je vous conseille cette video si dessous:

http://www.youtube.com/watch?v=rFTbIGahzhU&feature=colike

Le MES est le nouveau dictateur européen. Quand il veut, et aussi souvent qu'il veut, il peut simplement exiger des pays de la zone euro de payer des milliards d'euros sous 7 jours!!! Il peut ruiner un gouvernement en moins d'une semaine!!!

 

Partager cet article

Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 21:11

Alors que doit se conclure un contrat de travail à façon avec Shell, que les besoins financiers vont être débloqués pour engager les travaux de reprise d’une partie de l’activité de la raffinerie de Petit Couronne, que le groupe front de gauche au sénat est en cours de déposer un projet de loi visant à taxer les produits importés ne respectant pas à leur production les mêmes normes sociales et environnementales. Une proposition de loi, pour mettre à l'abri les actifs de Petroplus a été déposée (par Meme Guegot député 2eme circonscription de seine maritime) en urgence dans la nuit du mercredi 22 au jeudi 23 février, à l'Assemblée nationale. Il s'agit d'éviter qu'une société responsable d'une entreprise défaillante fasse échapper un certain nombre de biens à la procédure en cours. (personne ne verra de coincidence avec la visite du candidat Sarkozy demain vendredi 24 Février)

Très clairement, cette loi d'urgence vise en premier lieu les actifs de Petroplus. En quelque sorte elle valide la lutte des salariés qui dés le 1er Janvier, se sont constitués un "Trésor de guerre" en bloquant les produits finis en stock, évalués à 200 millions d'euros.IMG 1721  

Depuis, les "suspicions" sur les conditions de cette faillite, leur donnent doublement raison, et font l’objet une information judiciaire qui est  en cours.

Cette proposition de loi, permet de sécuriser juridiquement la mise sous séquestre des stocks et des installations, qui existent déjà dans le cadre d’une procédure de liquidation judiciaire et de l’étendre pour l’adapter à la situation de Petroplus. En l’occurrence permettre à l’autorité judiciaire, à la demande des syndicats, de saisir à titre conservatoire les éléments d'actifs dont le groupe Petroplus aurait pu exiger la restitution avant qu'une décision judiciaire ne retienne sa responsabilité dans la défaillance de son site.

La lutte des salaries de Petroplus aura déjà permis d’améliorer la législation en ce domaine. Si les salariés et leurs syndicats doivent poursuivre leurs actions, ils peuvent apprécier après deux mois de lutte les premiers acquis. Nomination d’un administrateur, contrat de travail à façon et moyens financiers permettant les travaux de redémarrage *), une loi qui valide juridiquement le blocage des produits en stock. Des étapes nécessaires certes, mais il reste maintenant l’essentiel, à savoir ; faire tourner la raffinerie pour assurer les charges de fonctionnement (maintenance, salaires etc.) et trouver dans les six mois à venir un repreneur industriel solide.IMG 1714

Et puis, pour assurer la pérennité du raffinage en France, un gouvernement qui se saisit pleinement des dossiers industriels nécessaires à l’indépendance de notre pays. Mais cela dépend du vote de chacun d’entre nous, la situation de Petroplus et la visite des différents candidats aura permis d’être plus attentif à leurs propositions, pour ma part le programme du Front de Gauche porté par Jean Luc Mélenchon est celui qui assurera le mieux l’avenir de l’industrie et de l’énergie dans notre pays.

 

*) Financement des travaux, des salaires, il faut quelque 50 millions d'euros, qui seront couverts par des avances au titre des quotas d'émission de CO2 pour 10 millions d'euros, par l'Etat aide à la ré industrialisations pour 20 millions, par Shell à hauteur de 10 millions immédiatement, 10 autres millions au fil de l'exécution du contrat.

**)Le service de presse de l'Elysée indique que Nicolas Sarkozy arrivera à Petit-Couronne à  11 h 45, une réunion à huis clos avec les représentations du personnel et les administrateurs judiciaires est prévue. Avant de quitter la Seine-Maritime, Nicolas Sarkozy fera une "allocution informelle" devant les salariés de la raffinerie aux alentours de 12 h 50.

Partager cet article

Repost0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 19:09

Le Mécanisme Européen de Stabilité consiste à graver dans le marbre les politiques d'austérité déjà menéesvisage-europe.jpg au Portugal, en Irlande et bien sûr en Grèce.  Ceci est en train de se faire dans le dos du peuple français par Nicolas Sarkozy, l'UMP et une fois de plus, par l’abstention d’une grande majorité des socialistes. Après le non du peuple français en 2005, souvenons nous que c’est grâce aussi à certains socialistes, que le traité de Lisbonne a été voté par le congrès à Versailles.
Je déplore le silence qui entoure ce Traité crucial et je m'indigne de l'absence de consultation populaire à ce sujet. Il est nécessaire, à mon avis, d'ouvrir impérativement un débat public sur cette question.

Ce traité, présenté comme un mécanisme de solidarité entre les Etats membres de la zone Euro, subordonne toute "assistance financière" des Etats au bénéfice d'autres Etats à de "strictes conditionnalités" dans "le cadre de programmes d'ajustement". Dans les faits, toute aide aura pour contrepartie les plans de rigueur préparés par la Commission Européenne, la Banque Centrale Européenne et le Fonds Monétaire International, dont on a pu observer les conséquences désastreuses en Grèce, au Portugal, ou en Irlande. En fait de "solidarité", ce mécanisme organise donc la casse sociale et la récession.

Les décisions de mise en œuvre du MES seront prises par un Conseil des gouverneurs composé des ministres des finances de la zone Euro. Aucun véto, aucune autorité des parlements nationaux ne sont prévus. Seule la Cour de Justice de l'Union Européenne sera compétente pour traiter des différends entre Etat et le Conseil des gouverneurs.

Les peuples européens seront encore davantage dessaisis de leur souveraineté.place-au-peuble-copie-1.jpg

De plus, les Etats adoptant le MES acceptent de fait les dispositions sur la discipline budgétaire ("règle d'or", sanctions automatiques, etc.) contenues dans le futur Traité européen sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance dans l'Union économique et monétaire (TSCG), communément nommé le Traité Sarkozy-Merkel. Ce lien contraignant est en effet précisé dès les considérants du Traité MES : "le présent traité et le TSCG […] sont complémentaires dans la promotion de la responsabilité budgétaire et de la solidarité au sein de l'Union économique et monétaire.

Ces deux textes ne sont pas déconnectés, qui vote l'un accepte à l'avance l'autre !


Hier à l’assemblée nationale, les parlementaires du Front de Gauche et seuls  20 députés socialistes dont H Emmanuelli et pour notre département Christophe Bouillon et Sandrine Hurel  ont voté contre.

Au sénat, les socialistes adopteront sans doute à quelques exceptions, un comportement identique. Mesdames et messieurs les sénateurs socialistes, qu'allez-vous voter ? Au Sénat où vous êtes majoritaires, en votant contre, vous imposeriez que ce Traité soit soumis au peuple français par référendum. A moins que votre objectif consiste à laisser passer ce traité, pour mieux nous expliquer ensuite, si Hollande est élu, que vous ne pouvez plus rien faire d’autre que de subir la loi de l’ultralibéralisme européen triomphant.

Les trahisons ça suffit ! Et bien nous avons avec notre bulletin de vote, la possibilité d’éviter cela en votant pour les candidats du Front de Gauche à la présidentielle et aux législatives.melenchon-prendre-le-pouvoir-copie-1.jpg

Partager cet article

Repost0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 22:59

 

li,re l'article Par RAOUL MARC JENNAR sur le site de Médiapark.fr, ci dessous:

http://blogs.mediapart.fr/blog/raoul-marc-jennar/160212/un-veritable-coup-d-etat-se-prepare-le-21-fevrier

 Pour rappel :

-TUE : traité sur l’Union européenne, première partie du traité de Lisbonnevisage-europe.jpg

-TFUE : traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, deuxième partie du traité de Lisbonne

-Conseil européen : réunion des Chefs d’Etat et de gouvernement

- Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG) : le traité Merkel-Sarkozy encore appelé Pacte budgétaire adopté par 25 des 27 Chefs d’Etat et de Gouvernement le 30 janvier 2012. Il doit être signé le 1 ou le 2 mars avant la ratification par les différents Etats signataires.

Le mardi 21 février, à la demande du gouvernement, l’Assemblée nationale examinera en procédure d’urgence deux projets de loi :place-au-peuble.jpg

a) le projet de loi ratifiant la décision du Conseil européen de modifier l’article 136 du TFUE

b) le projet de loi ratifiant le traité instituant le Mécanisme européen de stabilité (MES)

Ce qui se prépare dans un silence scandaleux alors que ces projets devraient être au cœur des débats dans toute la presse, va au-delà de tout ce qu’on a connu jusqu’ici, au niveau européen, en matière d’abandon de souveraineté, de recul démocratique et d’opacité.

Pour s’en rendre compte, il faut savoir ce qu’est le MES et de quelle procédure on use pour le faire adopter. Voir l'article publié sur le site mediapark.fr

 http://blogs.mediapart.fr/blog/raoul-marc-jennar/160212/un-veritable-coup-d-etat-se-prepare-le-21-fevrier

The-babysitter-sarko-angela.jpg

Partager cet article

Repost0
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 02:14


Il y a urgence et il ne s’agit pas seulement de se défendre contre le durcissement des politiques d’austérité. Dans les coulisses d'une campagne électorale où la menace de la crise fait converger les deux principaux candidats vers des mesures bien voisines, se prépare un véritable « coup d'État » qui frappera d'abord la démocratie chère au peuple français. Tous les autres peuples de la zone euro seront ensuite soumis à la même moulinette.

Lire la suitebando-perso

Il y a urgence et il ne s’agit pas seulement de se défendre contre le durcissement des politiques d’austérité. Dans les coulisses d'une campagne électorale où la menace de la crise fait converger les deux principaux candidats vers des mesures bien voisines, se prépare un véritable « coup d'État » qui frappera d'abord la démocratie chère au peuple français. Tous les autres peuples de la zone euro seront ensuite soumis à la même moulinette.
Afin de créer le dispositif en spirale visant à faire payer par les salariés (et surtout les 53 % des couches populaires d'ouvriers et employés et les 24 % des couches moyennes intermédiaires) l'entièreté de la dette créée par la spéculation financière des patrons du capitalisme, l'Assemblée nationale est convoquée en procédure d'urgence le 21 février 2012 pour ratifier le traité instituant le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) et pour modifier l'article 136 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE, deuxième partie du Traité de Lisbonne) (1).
Que disent nos « politiques » ? Nicolas Sarkozy propose des référendums dans un prochain quinquennat alors qu'il s'apprête à créer la dictature financière dans les jours qui viennent. C'est donc une imposture.
Tout parlementaire qui ne vote pas contre ces textes participera à une forfaiture. L'hypocrisie de l'abstention ou du refus de vote participera de la même forfaiture.
De quoi s'agit-il ? Ceux qui prônent la concurrence libre et non faussée comme le seul moyen à ce jour de protéger un ordre social « juste » — les ordo-libéraux — sont tout simplement en train d'organiser l'effondrement, le krach de la démocratie et de sonner la fin de la souveraineté populaire.
Nous savons depuis l'intervention de Pierre Mendès-France le 18 janvier 1957 à l'Assemblée nationale (2) que le processus de la construction européenne du Traité de Rome était liberticide et préparait la dictature économique et financière couronnée par le Traité de Lisbonne : nous arrivons à l'achèvement du processus avec les projets de MES (adopté par les dirigeants des États le 2 février) et du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG, adopté par les dirigeants des États le 30 janvier dernier).
Nos dirigeants espèrent ainsi définitivement soumettre les peuples à l'oligarchie financière.
Si ce texte est voté, il faudra, à partir du 1er mars 2013 se soumettre aux diktats austéritaires du TSCG pour avoir un droit d'accès aux 700 milliards d'euros du MES. Doté de la personnalité juridique, le MES n'aura aucun compte à rendre aux citoyens des peuples, aux parlements nationaux, ni même au Parlement européen. Seule la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) sera juridiquement au-dessus de lui. La CJUE et le MES seront installés à Luxembourg, nouvelle capitale (non de droit, mais de fait) de l'Union européenne, regroupant alors les pouvoirs suprêmes des nouveaux dictateurs. Des autres instances de l'Union européenne, seule la Commission européenne de Bruxelles verra ses prérogatives augmenter, tout en étant soumise au pouvoir suprême installé à Luxembourg. Donc après avoir perdu la souveraineté monétaire, voilà que l'on nous propose de perdre la souveraineté budgétaire.
Parce que tout cela est en contradiction avec l'article 14 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789 (3), les citoyens auront à coeur de ne pas être bernés comme à l’issue du référendum de 2005.
Signez la pétition ci-dessous, interpellez les forces politiques et vos représentants.
Et exigeons des candidats à l’élection présidentielle qu’ils prennent parti contre ce déni de démocratie !
 
Pour SIGNER aller sur le lien:  www.gaucherepublicaine.org

Partager cet article

Repost0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 16:04

Motion de notre  groupe" Petit Couronne Ensemble." adoptée au conseil municipal du 14 février. IMG 1713
Depuis quelques mois, les salariés de la raffinerie de Petit Couronne luttent pour sauver l’emploi. Le conseil municipal  du 14 février salue et soutient leur action, qui nous concerne tous.
L’annonce par voie de presse la veille du jour de l’an 2012 d’une faillite, sans même avoir informé le personnel au préalable illustre le mépris  d’un capitalisme financier, qui passe avec ses fonds de pension, prend sa plus-value et repart, un vrai scandale !
La lutte des salariés de la raffinerie de Petit Couronne est devenue une affaire d’état et impose des mesures rapides, fortes dans trois directions.


Mettre fin aux paradis fiscaux qui échappent aux règles sociales et fiscales et qui  permettent aux fonds financiers spéculatifs de jouer en bourse, d’empocher des plus-values énormes et de disparaître aussi vite, au mépris de l’Humain.
Mettre fin à la réduction de nos capacités de raffinage en France qui met en cause notre indépendance énergétique, par l’importation croissante de produit finis venant de pays qui ne respectent pas les mêmes règles sociales et environnementales que nous imposons ici.
Cette pratique, constitue une atteinte à la concurrence équitable, détruit nos emplois, nos industries, porte atteinte à l’environnement de la planète et permet au grand patronat de remettre en cause tous les acquis sociaux.
Remettre l’Humain d’abord au cœur des projets économiques. Les salariés de la raffinerie de Petit Couronne posent d'ailleurs clairement la question de la responsabilité politique de l’état. Ça suffit, tous les citoyens sont concernés.
Le conseil municipal soutient  trois mesures portées par les syndicats qui s’imposent :
1)    Pour sauvegarder nos industries, il convient de mettre en place très vite en Europe et en France des visas sociaux et environnementaux, pénalisant les importations ne respectant pas les mêmes règles sociales et environnementales.
2)    Pour retrouver un accès équitable et républicain à l’énergie (ELECTRICITE, GAZ, CARBURANT, FIOUL) il devient urgent de construire un grand pôle public de l’énergie. Il permettra un contrôle citoyen, la sauvegarde de notre indépendance énergétique, le contrôle, la régulation et l’égalité des prix sur tout le territoire.
3)    Pour assurer durablement la vie de la raffinerie de Petit Couronne, l'Etat doit réquisitionner l’outil de travail, aider à trouver un repreneur industriel qui maîtrise la filière pétrolière, de la matière première à la vente.  Interdire le saucissonnage que les grands groupes pétroliers pratiquent depuis plusieurs années en allant chercher les profits maximums en amont ou en aval des raffineries.

Le conseil municipal de Petit Couronne, demande à l’Etat d’agir sans attendre dans ces trois directions.IMG 1714
Le conseil municipal soutient l’action de l’intersyndicale  et la lutte des salariés de la raffinerie de Petit Couronne. Il prendra toutes  les dispositions sociales et financières nécessaires pour aider les salariés et les familles de la raffinerie ou des entreprises sous traitantes  qui sont ou seront socialement et financièrement touchés par la situation.

Rendez vous Vendredi 17 février à 12H30 pour AG du personnel et lundi 20 février à 12H pour un soutien des populations de Petit et Grand Couronne.

Partager cet article

Repost0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 15:01
 
Communiqué de Eric Coquerel, conseiller spécial de Jean-Luc Mélenchon
 
 
On aimerait pouvoir concentrer nos critiques sur l’entrée en campagne de Nicolas Sarkozy, mais décidément François Hollande fait fort. Après avoir salué les plans d’austérité en Grèce dimanche, voilà qu’il fait tout pour rassurer “la city” dans un interview au Gardian le 13 février. Résultat : il inquiète un peu plus la gauche. Pensait-il que les électeurs de gauche ne savaient pas lire l’anglais ? En tous les cas, ses propos, s’ils ne les désavouent pas, sont désespérants. Se référant à Tony Blair, François Hollande explique qu’on pouvait comprendre les craintes en 1981 lorsqu’en pleine guerre froide François Mitterrand avait nommé des ministres communistes au gouvernement. Mais, ouf, aujourd’hui “il n’y a plus de communistes en France”. Mieux “la gauche a gouverné pendant 15 ans pendant lesquels elle a libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation”. Il s’en vante alors que c’est cette politique qui entraine aujourd’hui l’Europe à la catastrophe.“There is no big fear” conclue le candidat du PS. Avec de telles ambitions, c’est sur que la finance peut être rassurée... On peut se demander s’il y a bien encore un candidat socialiste dans cette campagne. On aura en tous les cas compris qu’il n’est qu’une assurance pour une politique de gauche : le bulletin de vote Jean-Luc Mélenchon.

Le peuple de Gauche, socialistes au Parti de Gauche et Communistes au PCF, est avec les Grecs, les Espagnols, les Portugais qui luttent contre cette Europe de la finance, ils existent! Pendant ce temps, Hollande, lui cherche à rassurer à Londre la finance. Comment un vrai socialiste peut il se reconnaitre derriére un tel candidat ?

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2