Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 01:39

 

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Politique
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 12:14

IMG 1714IMG 1713

Alors que les salariés manifestent à Paris devant le siège de l’Union Française des industries du Pétrole. Sur France Info, Eric Besson  indique ce matin sur France Info qu'il espère pouvoir annoncer d'ici à 15 jours un redémarrage  de la raffinerie de Petit-Couronne.

Goldsmith Group, un investissement contrôlé par Clemens Vedder, indique être intéressé par l'acquisition des cinq raffineries de Petroplus, mais ne fournit aucun élément sur le montant qu'il serait prêt à débourser. Ce groupe a déjà annoncé ses intentions d'acquisition dans les procédures d'insolvabilité engagées en Allemagne, Grande-Bretagne, en Suisse et engage un examen des comptes sur les sites en France.

Cette annonce fait suite à celle de l'homme d'affaires Gary Klesch, président de ce groupe qui  regarde le dossier de Petit-Couronne.

La  préoccupation de tous est de faire repartir la raffinerie très vite, car elle ne peut  rester longtemps à l'arrêt sinon le redémarrage est très coûteux.  Le cabinet d'Eric Besson  précise  qu'il s'agit bien de « l'annonce » d'un redémarrage par contrat ponctuel et non d'une solution finale  de reprise qui va prendre un peu plus de temps. Sur ce point, plusieurs pistes sont  à l'étude, il n'y a pas qu’une seule offre, ce sont les administrateurs judiciaires qui les instruisent et c'est le tribunal de commerce qui, à la fin, décidera.  A ce moment là, nous verrons et nous serons prêts à mobiliser les moyens financiers de l'Etat », précise le ministre de l’industrie.

La lutte reste donc plus que nécessaire, les annonces de repreneur éventuel donnent un peu d’espoir, mais attention ! Rien n’est fait et les conditions d’une reprise durable restent à connaitre

.IMG 1721

 

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Politique
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 16:51

sarko et les sdfbando-perso

Le MEDEF est aux anges, il peut faire couler le champagne. En une demi-année, voilà le troisième plan de rigueur et d’austérité de l’ordolibéralisme français. Les ménages et notamment les couches populaires (53% de la population française) et les couches moyennes intermédiaires (24% de la population française) seront les principaux payeurs, alors qu’ils ne sont en rien responsables de la triple crise actuelle.

Le capital, qui est la cause de la triple crise, ne sera appelé à contribuer que de façon très minime et seulement après les présidentielles…
Quant à la banque pour l’industrie, la mise de fonds de l’Etat est très faible et la taxe sur les transactions financières est repoussée après la présidentielle.
Mais le point capital est l’augmentation de 1,6 % de la TVA et de 2 % de la CSG sur les revenus financiers, le tout pour supprimer une partie importante de la cotisation sociale patronale.  Tout est fait pour satisfaire le MEDEF et le Front national qui dit s’y opposer mais son programme vise aussi à la fiscalisation de la protection sociale. Les socialistes, critiquent fortement mais sans trop entrer dans les sujets car ils sont aussi pour la fiscalisation de la protection sociale mais via la CSG (avec fusion, avec l’impôt sur le revenu) au lieu de la TVA.

Toute l’offensive de l’ordolibéralisme vise à détruire les institutions salariales et à intégrer le budget de la Sécurité sociale (supérieur de plus de 30% au budget de l’Etat) dans le budget de l’Etat. Et faire reculer ce qui a été initié par le Conseil national de la résistance.

Lire le texte de Denis Kessler, ancien n° 2 du MEDEF le 4 octobre 2007 dans la revue Challenges où il dit qu’il faut “défaire méthodiquement tout le programme du Conseil national de la résistance”) qui vise à développer les institutions salariales (dont la Sécurité sociale) à partir des besoins sociaux. Même en cas de changement de majorité, tout ne sera pas perdu car en général les socialistes au pouvoir gardent 80 % des mesures régressives de la droite (1988 et 1997 sont des exemples).
Pour les partisans d’une République sociale, la ligne stratégique est claire : il faut d’abord chasser Nicolas Sarkozy et le futur allié de la droite néolibérale, le Front national.

Pour cela, il faut deux choses :

1)     un vote Front de gauche le plus haut possible et une discipline républicaine sans faille pour gagner au deuxième tour.

2)     Et pendant ce temps-là, il faut faire auprès des citoyens le travail d’éducation populaire tournée vers l’action nécessaire pour qu’une victoire de la gauche tout entière n’aboutisse pas aux mêmes résultats qu’en 1988 et en 1997 mais, au contraire, que la mobilisation de la société pousse la gauche tout entière à rompre avec les politiques régressives (comme en 1936). C’est le mouvement social qui alors sera la clé.IMG 1721

 

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Politique
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 01:53
Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Politique
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 19:49

L’annonce ce matin par Petroplus confirme le mépris des dirigeants de cette société vis-à-vis de leurs salariés et des pouvoirs publics en général. Au mépris de toutes les règles imposées au droit à l’information du comité d’entreprise, l’annonce est parvenue par les médias, comme d’ailleurs cela avait été le cas la veille du jour de l’an pour annoncer l’arrêt de la production faute de crédit pour acheter du pétrole brut.

Mais pouvions nous attendre un autre comportement, lorsqu’on examine l’évolution de la société ces dernières années.

Les fermetures de  raffineries Pétroplus étaient programmées.

La chute de Pétroplus Holdings, basée à Zoug, et la fermeture de certaines raffineries dont Petit Couronne, étaient programmées dans le milieu pétrolier.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes: l'Europe compte 115 raffineries, et les surcapacités de production en essence sont estimées à 15 %, à cause de l'inadaptation de nombreuses raffineries construites pour produire deux fois plus d'essence que de diesel. Alors qu’aujourd'hui, il s'écoule trois fois plus de diesel que de sans plomb. Résultat, il faut importer du diesel, cette situation aurait dû faire réagir l’état afin de réduire cette dépendance. Le milieu pétrolier est resté inactif également sur cette question et n’a pas cherché à adapter nos raffineries à la demande.

 

Pétroplus qui ne fait que du raffinage, contrairement à BP, Exxon Mobil, Shell ou Total, actifs également dans l'exploration-production et dans la vente dans les stations-services, est donc la société la plus fragile. Mais tout cela laisse rêveur en regardant l’évolution de cette société Pétroplus implantée d’abord au Pays Bas, comme Shell.

Si les travailleurs subissent, tout le monde n'est pas perdant, à commencer par le groupe américain Carlyle.

Qui est derrière Pétroplus

D'abord hollandaise, créée en 1993, cotée à la Bourse d'Amsterdam, Pétroplus est rachetée en avril 2005 par le fonds d'investissement Carlyle pour 825 millions de francs suisse. (Le groupe Carlyle est surtout célèbre grâce à ses principaux investisseurs et conseillers. Cela va de George H. W. Bush, ancien président des Etats-Unis, à Franck Carlucci, ancien directeur-adjoint de la CIA, en passant par Olivier Sarkozy, le demi-frère du président français, actuel patron des services financiers du groupe. Sans oublier Shafig Ben Laden, le demi-frère d'Oussama Ben Laden).

En 2006, Carlyle retire Pétroplus de la Bourse d'Amsterdam, domicilie la société à Zoug  et l'introduit à la Bourse de Zurich. L'opération est menée par l'UBS, le Crédit Suisse et Morgan Stanley.

C'est la plus belle entrée en Bourse depuis 2001. Carlyle empoche 3,13 milliards de francs suisse.

Les raisons de ce succès financier ? Les deux grandes banques suisses font le forcing pour proposer des actions Pétroplus à leurs clients. Et la presse financière n'est pas avare de compliments vis-à-vis de cette société, on peut même lire que Petroplus va «profiter du manque de capacités de raffinage pour assurer sa croissance».La suite est connue: Pétroplus se retrouve rapidement dans les chiffres rouges. Mais Carlyle s'en lave les mains. Le groupe s'en est mis plein les poches.

 

La pluparts des informations ci-dessus ont étés publiées par Ian Hamel le 19 janvier 2012, dans le journal GHI le plus lu de Genève.

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Politique
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 23:57

Le groupe Financier suisse Petroplus reste muet sur l'avenir de trois  raffineries : Petit Couronne, Anvers et Cressier en Suisse, qui ont été mises à l'arrêt au début du mois.

Pour l’intersyndicale de Petro-plus (CGT, CFDT, CFE/CGC) :IMG 1714

Aujourd'hui comme hier, une seule alternative  trouver un repreneur, pour cela l’état doit réquisitionné l’outil de travail et mettre en place une politique d'égalité de traitement entre les produits raffinés en Europe qui respecte les normes environnementales et de sécurité et les importations de produits finis venant de pays sans normes et faisant du dumping social.

La rencontre des syndicats avec le ministre de l’industrie Mardi 17, n’apporte aucune réponse à l’attente des salariés qui ne savent même pas s’ils seront payés après le 20 Janvier. Le silence et l’absence de Petroplus est un scandale !

La capacité de raffinage français a été réduite de 25% en 18 mois. Réduction de capacité à Gonfreville, fermeture de Total-Flandres et de Pétroplus-Reichstett, mise sous cocon de Lyondel Basel-Berre.

Aujourd’hui s’ajoute  la raffinerie de Petit Couronne. Cette situation se traduit par une augmentation insupportable des importations notamment de gasoil qui arrive de pays non soumis aux contraintes environnementales. IMG_1721.JPG

Alors aujourd’hui 2000 personnes ont apportés leur soutien aux salariés de petroplus en lutte pour leur emploi, mais aussi pour sauvegarder l’indépendance de notre pays en matière énergétique.

 Dans le même temps Jean Luc Mélenchon était en meeting en Alsace et termine son discours en pensant aux solutions pour mettre fin à la casse de nos usine,; lire ci dessous:

Un dernier couplet contre la «définanciarisation de l’économie française»,pour la «planification écologique» et le «partage des richesses».Appelant à une «révolution citoyenne» en France, Mélenchon répète sa proposition d’un «droit de préemption» pour les «travailleurs» qui veulent créer une coopérative lorsque leur entreprise doit fermer et celle d’un«droit de veto suspensif» au comité d’entreprise lorsque la boîte fait des bénéfices. «On ne laisse plus partir une seule usine! Une seule machine!»,finit-il avant de rendre hommage à Jean-Jacques Rousseau… Et de citer Victor Hugo et ses Misérables: «J’effaroucherai le bourgeois peut être, mais je réveillerai le peuple». Conclusion du «républicain»: «Dans le drapeau français, il y a du rouge. Et le rouge est ici.»

 

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Société
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 19:27

 IMG 1714

- Les bonus mirifiques de Petroplus, au bord de la faillite.

- L'État envisage un repreneur pour le site, nouvelle réunion Mardi 17 janvier avec le ministre de l’industrie.

- Les syndicats et le personnel toujours mobilisés. Il appel à un grand rassemblement régional Mercredi 18 janvier à 12H devant la raffinerie pour un grand barbecue.

Le ministre de l'Industrie et de l'Énergie, Éric Besson, recevra à nouveau les syndicats demain mardi 17 janvier.  Après avoir mis les industriels du raffinage et du stockage des produits pétroliers autour de la table vendredi dernier, l’état va-t-il prendre les mesures nécessaires à la relance du site de Petit Couronne. Les déclarations se sont multipliées ces jours derniers. « A défaut d'un accord avec les banques, l'État fera appel aux industriels ». «  « La porte-parole du gouvernement a assuré jeudi dernier que «le gouvernement étudiait l'ensemble des pistes et des scenarios pour garantir l'avenir»  Dans cette perspective, la rencontre de demain et les visites techniques qui se tiennent en ce moment sur le site de la raffinerie donne un signe d’espoir, ont soulignés les syndicats à L’AG de ce lundi 16 janvier à midi. Mais, il faut maintenir la pression, alors soyons nombreux Mercredi 18 devant la raffinerie.IMG_1713.JPG

Pendant que les salariés de Petroplus s’inquiétent de leur avenir, une information scandaleuse vient de paraitre dans le journal Suisse « Le Matin » "bonus, fausse déclaration de bilan, amendes"  la mentalité de ce type de holding financier mis en lumiére, lire ci-dessus la copie intégrale de l'article paru jeudi 13 Janvier :

"Les bonus mirifiques de Petroplus, au bord de la faillite.

Les cinq directeurs de la holding qui gère la raffinerie de Cressier (NE) se sont partagé 8 millions de primes en 2010. Aujourd’hui, Petroplus est au bord de la faillite.

Selon la «HandelsZeitung», c’est Jean-Paul Vettier, l’actuel directeur général qui a obtenu la plus grande part du gâteau, soit 3 millions de francs. Il est vrai, les scrupules ne sont pas inscrits dans le code moral de l’entreprise. En 2009, le plus grand raffineur d’Europe avait présenté des chiffres noirs mais SIX Exchange Regulation, l’autorité de contrôle des bourses suisses, avait détecté une erreur de présentation des coûts de restructuration du résultat de l’entreprise. En clair, au lieu d’un bénéfice opérationnel de 65 millions de dollars, le groupe avait réalisé une perte de 75 millions de dollars. Conséquence, la holding a dû s’acquitter d’un versement de 50 000 fr. à une fondation pour violation des normes comptables.

A Cressier, l’incertitude sur l’avenir de la raffinerie n’avait guère évolué hier. Le syndicat Unia a lancé une pétition exigeant l’intervention personnelle du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann auprès des banques qui ont gelé les lignes de crédit.

Selon le dernier communiqué de Petroplus, la holding a bien reçu des assurances bancaires pour les sites d’Ingolstadt (D) et Coryton (GB), mais Cressier n’est pas mentionné. Petroplus refuse par ailleurs depuis une semaine de répondre directement à nos questions.

Seul contre tous à garder l’optimisme, Thierry Grosjean, le conseiller d’Etat neuchâtelois responsable de l’économie, déclarait jeudi: «Les tractations avec les banques ont des chances d’aboutir pour Cressier (NE).»

Faute de pétrole, l’arrêt de la raffinerie sera mis en place progressivement dès la semaine prochaine. Ces travaux prendront au moins quinze jours. Selon des sources proches de l’usine, les travaux d’entretien annuel de la raffinerie pourraient suivre et occuper encore le personnel pendant plusieurs semaines."

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Politique
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 20:40

IMG 1389

 

L’année 2012 risque t’elle d’être l’année où le système capitaliste s’écroule sur lui-même. Irons-nous vers le précipice avec la perte de l’essentiel de tous les acquis sociaux des deux derniers siècles. Les mois qui viennent de s’écouler nous laissent sans voix et sans ambition. Le capitaliste, seule solution selon les tenants du système, est en train de s’effondrer.

Cette crise, ce n’est ni la première ni la dernière. Mais nous voyons bien que le capitalisme est dépassé. Les politiques ne semblent pas être conscients de cette réalité et sont tellement formatés qu’ils en sont devenus aveugles aux autres options qui s’offrent à nous.

Pire que cela, quand ils aperçoivent une autre option, ils se l’approprient pour la dévoyer complètement. L’exemple de la taxe Tobin sur les transactions financières avait pour but de lutter contre la spéculation tout en finançant l’aide au développement des pays qui en avaient le plus besoin. Eux, veulent la mettre en place uniquement pour combler la dette de l’Europe, ils la vide complètement de sa substance humaniste.

En 2012, arrêtons de donner les clés à des politiques en pensant qu’ils vont régler tous nos problèmes ! Prenons nous en main, proposons d’autres options, les salariés de M Réal et de Petrroplus en donne l’exemple, en luttant !

En 2012 recréons une Politique, au sens noble du terme, une Politique des Biens communs, qui donne un sens à la société, à notre volonté de vivre ensemble !

C’est cela l’enjeu de la société civile en 2012,  

Envisager l’Humanité comme un tout, s’enthousiasmer pour les idées des autres, voir le monde sous un autre jour. Souhaitons-nous simplement pour 2012 et que la politique des Biens communs voit enfin le jour où chacun d’entre nous a toute sa place.

Bonne et heureuse année 2012 pour vous et vos proches.

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans gerard.letailleur
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 10:40
Jean Luc ,

Mélenchon à Petroplus le vendredi 6 Janvier, aprés une rencontre avec les syndicats, j'ai accompagné le co-Président du Parti de Gauche à la Mairie de Grand Couronne en compagnie de Patrice Dupré Maire de Grand Couronne et Noel Levillain Maire de Tourville la Riviére candidats Front de Gauche aux législatives de Juin prochain, avant de revenir devant les salariés de Petroplus en assemblée générale. (voir la video réalisée par des camarades FDG)

 

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Politique
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 20:06

IMG_1699.JPGIMG_1701.JPG

Réunion de travail avec les syndicats, réponses aux questions de la presse et  prise de parole devant la raffinerie à 12H45 devant plus d’un millier de Personnes,  salariés de Petroplus,  délégués d’entreprises,  personnels territoriaux de Pt et Gd Couronne  et  citoyens.  Jean Luc Mélenchon a  salué la lutte exemplaire et unitaire des salariés de Pétroplus, manifesté sa reconnaissance aux dirigeants syndicaux, toujours en première ligne au prix souvent de sacrifices importants, quelques mots qui ont touché fortement l’assemblée. 

Ensuite, il a su être très clair, le programme partagé du Front de Gauche est le seul à répondre à vos attentes. En citant :

Oui, Petroplus doit faire l'objet d'une réquisition par l’état, dés maintenant.

Oui,  il faut vite recréer un grand service public de l’énergie pour que notre pays garde son indépendance énergétique.

Oui,  il faut vite instaurer des taxations aux Frontières de l’Europe ou de la France pour rendre équitables les échanges sur les produits importés qui ne respectent pas les règles sociales, environnementales et de sécurité que nous imposons chez nous.  Cela est urgent pour sauver nos industries, nos emplois et l’environnement sur la planète.

En effet, améliorer l’environnement et la sécurité comme nous le faisons et constater que les grands groupes notamment pétroliers délocalisent pour échapper à ces règles et nous importent ensuite les produits, ça suffit !

Si le président inutile qui nous gouverne et tous ceux qui nous expliquent que nous ne pouvons pas faire autrement,  qu’ils partent, nous on peut  et vous pouvez tous le faire avec votre bulletin de vote, nous appelons cela la révolution citoyenne.

Oui, il faut résister aux règles libérales qu’imposent les traités Européens, créer une grande banque d’investissement sous contrôle public,  Européenne ou  Française pour reprendre le pouvoir sur  la financiarisation qui ne sert aujourd’hui que  rentiers et  spéculateurs au détriment de l’économie réelle.

Les Petroplus se battent pour nous tous, souligne Jean Luc Mélenchon,  leurs luttes en pleine campagne présidentielle impose un vrai débat sur l’Independence énergétique et industriel de notre pays, cela est bien plus crucial que les petites phrases et faits divers dont ce régalent les grands médias aux détriments  des grandes questions économiques et sociales. Nous devons tous être à leur coté.

                                              

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2