Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 12:30

 

 

Dominique Sentis, travaille depuis 31 ans à la raffinerie de Petit Couronne, il est aussi écrivain. Alors, il livre dans la lettre qui suit son sentiment après le passage du grand Magic Circus dit il, de vendredi dernier.IMG 1714

 

 

Lettre d’encouragement aux sceptiques professionnels et autres pessimistes chroniques

 

Vendredi après-midi, la grande parade a clôturé en apothéose notre joyeux carnaval par la venue de l’illustre présicandidendat. Tout ceci pour nous signifier de vive voix que le feu est passé au vert et que désormais la balle est dans notre camp. Puis le grand Magic Circus a remballé son barnum ; les journalistes et les policiers ont replié leur matériel, nous laissant enfin entre nous dans l’intimité de notre raffinerie…
Y a plus qu’à !

Certes, la tâche qui nous attend de pied ferme est considérable.

Tout d’abord de gros travaux. Ils sont obligatoires pour avoir l’autorisation de redémarrer même si ce n’est pas marrant. C’est du lourd et c’est chaud !

Puis ensuite refaire bouillir les marmites sans casser ce qui vient d’être réparé. Redémarrer sans joker ni seconde chance…c’est show !

Et j’en vois et entends qui déjà depuis un bon moment ; soupirent, ronchonnent, baissent les bras puis la tête…
NON !

Au contraire ! Haut les cœurs !

C’est à ces gens-là que je veux m’adresser en priorité, qu’ils soient obscurs opérateurs ou membres éminents du Codiraf !

On n’a pas le droit de douter ! Et on a besoin vital de tout le monde sur le pont, du simple troufion de quart au généralissime de la normale !

Ce qui nous est demandé maintenant, ce n’est pas l’impossible, c’est juste de faire notre boulot ! En mettant seulement encore un peu plus de cœur et d’application à l’ouvrage…Mais finalement rien qu’on ne sache pas faire ! Rien qu’on n’ait déjà fait par le passé !

Les travaux ?

La belle affaire ! Ce n’est jamais qu’un grand arrêt de plus ! Nous sommes là en territoire connu ! C’est juste une question de logistique et d‘organisation, et pour se faire nous avons reçu à la tête de l’usine un renfort de grande qualité.

Redémarrer les unités ?

C’est délicat, difficile, sûrement compliqué après tout ce temps arrêté…mais durant ces simples dernières années, combien de fois l’avons-nous fait et réussi ?

Alors, même pas peur !

Oh ! j’en entends certains de là ou j’écris qui ruminent : mais il est qui lui, pour venir nous faire la morale et nous servir la messe !

Pas grand-chose de plus que vous c’est certain. Une modeste et anonyme fourmi dans cette boutique depuis 31 ans. Troisième génération au service de notre grand-mère de 83 balais et quelques rudes batailles déjà menées pour la défendre contre les rapaces de toute plume et les fossoyeurs de tout poil…Alors forcément on s’attache ! C’est humain.IMG 1713

C’est pourquoi je rejoins mon ami Yvon le magnifique quand il clame haut et fort que cette raffinerie, elle est à nous !

Même si au niveau paperasse c’est contestable, au niveau du cœur il n’y a pas photo !

Alors à ceux que la charge de travail face à nous effraie…

Je leur rappellerai simplement ce que nous étions et ou nous étions au matin du 28 décembre 2011…Rien ! Et nulle part !

Nous n’avions plus de boulot, plus de rôle à jouer, et plus d’outil à faire fonctionner…nous n’étions même pas de la merde car elle, a une utilité sur cette terre  (il suffit de marcher dedans pour s’en convaincre).

Devant nous à chaque pas, c’était le vide. Le néant.

Aujourd’hui, on nous donne les moyens de prouver que notre lutte était juste et notre combat justifié !

Aussi, ne serait-ce que pour renvoyer l’ascenseur à la formidable Intersyndicale qui a tout emmené sur son passage, qui s’est démultipliée, s’est battu sans jamais rien lâcher, qui a su se sublimer pour nous sauver tous alors que certains ne pensaient qu’à se sauver…Oui ! Nous avons le devoir moral de nous montrer à la hauteur de leur engagement et de leur détermination sans faille ! Ils nous ont ouvert la voie, à nous de nous y engouffrer.

C’est à notre tour de jouer !

Car dites-vous bien mes amis, que désormais on nous regarde. On nous observe avec attention. Souvent avec bienveillance, parfois avec défiance, d’autre fois avec hostilité à peine masquée.

Que ce soit nos amis et alliés que nous ne pouvons décevoir parce qu’ils croient en nous, que notre aventure est exemplaire et pourrait en cas de succès faire jurisprudence dans le monde du travail.

Comme nos ennemis tapis dans l’ombre et silencieux, du côté de l’UFIP par exemple, qui n’attendent que notre échec cuisant pour s’en délecter car notre réussite leur fout les jetons pour les mêmes raisons citées ci-dessus !

Prouvons à nos amis qu’ils ont eu raison de nous soutenir et ne faisons le cadeau de notre défaite à nos adversaires !

On ne s’est pas battu aussi longtemps et si dur pour se décourager maintenant ! Alors faisons le métier comme nous l’avons appris ! Soyons fier de nous tous et de chacun ! Car tout le monde est important et chacun a un rôle prépondérant à jouer ! 

Ce qui nous attend est exaltant ! Car à notre manière et involontairement nous sommes précurseurs. Depuis le début nous écrivons l’histoire. Une histoire qui fera date et exemple dans le futur, qui nous dépasse et surpasse de beaucoup la simple enceinte de notre usine, alors sachons lui donner une issue heureuse afin qu’elle ne nourrisse pas plus tard d’amers regrets. Que l’on puisse dire : j’y étais !

C’est un défi humain à relever : nous unir pour ne former plus qu’un et être le plus efficace possible en faisant fi de nos différences. Utilisons notre diversité pour la transformer en complémentarité !

C’est un défi industriel à réaliser : mais c’est notre métier, ce pour quoi nous avons été embauchés. Sauf que cette fois, il nous faut l’exécuter en pleine lumière médiatique sous les projecteurs de l’actualité que nous nourrissons semaine après semaine.

Alors ?

Toujours peur ?

Mais moi aussi, j’ai le trac et un certain vertige !

Toutefois si on a le droit d’être gagné par la peur on n’a pas le droit de la laisser nous vaincre !

Qu’importe le stress et l’angoisse ! Il faut s’en servir pour se surmotiver et non se laisser paralyser ! La peur doit sublimer, sinon elle détruit.

Soyons fier de ce que nous avons déjà réussi et ou nous sommes arrivés aujourd’hui. Rappelons-nous que l’on pourrait fort bien déjà parler de notre raffinerie au passé. Qu’elle serait fermée. Et nous  dehors.

raffinerie fuméeMais faisons surtout preuve d’orgueil plein placé pour parvenir au but que nous nous sommes implicitement fixés : entendre de nouveau les machines rugir de plaisir ! soutien petroplus GL PD TF B Dug

Pour finir je citerai le courageux Henri de Turenne qui disait en pleine bataille alors que la mitraille sifflait de toute part autour de lui : « tu trembles carcasse ? Si tu savais ou je t’emmène, tu tremblerais bien plus encore ! »

Et il y allait.

Alors…On y va ?

 

D Sentis

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2