Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 01:25

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), indique jeudi 20 décembre. Croissance zéro, effondrement du pouvoir d’achat, atonie de la consommation : tout indique que l’économie française est au bord de la récession.place au peuble-copie-2

Les prévisions sur le front du chômage sont les plus alarmantes : le taux de chômage pourrait atteindre 10,9 % en juin 2013 (Dom-Tom compris), un niveau jamais atteints.

 

La politique économique du gouvernement est elle en train d’échouer ?

La France est en situation de quasi-croissance zéro depuis la fin du premier trimestre de 2011 et la tendance va rester strictement identique au premier semestre 2013, avec une croissance de + 0,1 % au cours de chacun des deux trimestres. 

Le gouvernement est donc en train de perdre son pari sur la croissance. Pour 2012, il avait prévue + 0,3 % de croissance, qui ne sera même pas atteint ! Selon l’Insee, la croissance ne devrait pas dépasser 0,1 %.

Pour l’année 2013, les perspectives selon l’Insee, ne dépasse pas 0,1 % à la fin du mois de juin. Or, le gouvernement a construit t son budget sur une hypothèse de croissance de 0,8 %. Pour que cet objectif soit tenu, il faudrait atteigne des chiffres de + 0,8 % au troisième trimestre et de + 1,2 % au quatrième trimestre. Ce qui est proprement impensable.

Effondrement du pouvoir d'achat

La prévision de l’Insee constitue un réquisitoire contre la politique économique d’austérité du gouvernement. La construction européenne est aujourd’hui mise au service de la généralisation des bella-centerpolitiques austéritaires, c’est une vis sans fin économique. Chaque coupe dans les dépenses publiques et la protection sociale déprime davantage l’activité. Les recettes fiscales et sociales en subissent ensuite le contrecoup. Au final les déficits se creusent, justifiant de nouveaux plans d’austérité ! Le dogme des 3% de déficit public, la réduction des investissements publics, le rationnement des services publics, notamment en matière de santé, la baisse du pouvoir d’achat avec les hausses (TVA, énergies gaz, électricités, loyers, assurances, impôts, etc.), l’explosion du chômage nous poussent dans une logique qui a déjà conduit la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Italie dans la récession.

Rien que de très logique !

Le pouvoir d’achat des ménages enregistre l’une de ses chutes les plus spectaculaires de ces dernières années.

Selon l’Insee la tendance est grave, pour  mesurer le « ressenti » des ménages, l’Insee neutralise les évolutions démographiques. Le pouvoir d’achat par unité de consommation accuse ainsi en 2012 une baisse de non plus – 0,2 % mais de – 0,8 % !

Par habitant, la baisse serait de – 0,7 % en 2013 et par ménage elle serait de – 1,2 %, précise encore l’Insee.

Au travers de ces chiffres, on mesure que le gouvernement socialiste  fait le choix d’une stratégie économique contestable  ou le social sert de variable d’ajustement. La récente décision de ne pas accorder de « coup de pouce » au Smic au 1er Janvier vient de le confirmer.

L’ajustement n’est d’ailleurs pas que salarial, celle du chômage est encore pire. Car, les perspectives pour les six prochains mois de 2013 sont dramatiques.manif 18 Mars paris

L’Insee relève que « malgré le léger regain d’activité au troisième trimestre 2012, l’emploi dans les secteurs marchands non agricoles a nettement reculé (– 42 000) » pendant l’année en cours. Et il ajoute : « Avec la faiblesse de l’activité, la situation sur le marché de l’emploi continuerait de se détériorer d’ici mi-2013 : en moyenne, 40 000 postes par trimestre seraient supprimés à l’horizon de la prévision. » Du même coup, le chômage enregistrerait une envolée terrible ! Après une hausse de 226 000 du nombre des chômeurs en 2012 (au sens du Bureau international du travail), la déferlante se poursuivrait aussi violemment au cours du premier semestre de 2013,  avec 109 000 nouveaux chômeurs. La France est en passe de battre le record historique du taux chômage, selon l’Insee, il pourrait culminer à 10,5 % fin décembre 2012 avant d’atteindre 10,9 % à fin juin 2013.

Que fait le gouvernement pour amortir ce séisme social ? Rien, sauf  un « choc de compétitivité » en faveur des entreprises, mais pas de « choc social » ! Dire que les 20 milliards d’euros apportés aux entreprises auront de bénéfiques retombées, alors qu’ils ne sont assortis d’aucune condition, ces sommes fabuleuses pourront tout autant gonfler les dividendes des actionnaires.

Une alternative à cette politique économique sera nécessaire.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2