Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 16:33

Jeudi 18 novembre 2010 à 20h30     Etat délue

Documentaire français de Luc Decaster, 2010, 1h35

Maire et vice-présidente du Conseil Général de Loire Atlantique chargée de l'environnement, Françoise Verchère est une élue locale. Luc Decaster brosse le portrait de cette femme politique à travers son quotidien : réunions souvent stériles, rencontres avec des électeurs exigeants, situations plus ou moins absurdes. Animée d'une vitalité peu com - mune, Françoise Verchère est une battante. Mais la solitude la gagne par moments... Par le biais du portrait, ce documentaire évoque l'engagement politique comme un combat de tous les instants.

Luc Decaster tord le coup aux clichés, opérant un état des lieux de l’engagement politique à hauteur humaine « Etre libre, c'est ne rien devoir à personne ». Le credo de Françoise Verchère tranche avec l'idée que l'on se fait généralement de la politique et de son petit monde. Vous savez, ce panier de crabes peuplé d'ambitieux et d'arrogants, prêts à tout pour se faire réélire ou grimper dans la hiérarchie. En choisissant de suivre le quotidien de la Maire de la commune de Bouguenais, vice-présidente du Conseil Général de Loire Atlantique chargée de l'environnement, Luc Decaster tord le coup aux clichés, opérant un « état des lieux » à hauteur humaine. “Etat d'élue” fait suite à “Rêve d'usine” (2003), un documentaire qui relatait le destin fracassé d'ouvriers au moment de la fermeture de l'usine Epéda, dans le Loir et Cher.

Pour rester « libre », Françoise Verchère décide de quitter son poste municipal, au début du film. Decaster l'observe en train de ranger ses papiers, et notamment son courrier accumulé pendant une quinzaine d'années. Avec humour, cette brune aux yeux vifs et au sourire constant, départage les « lettres de fou » souvent hilarantes, et les autres. Depuis 1993, les habitants de Bouguenais et du canton l'élisent au premier tour. Populaire, mais résignée par cette fonction épuisante et le peu de résultats concrets, elle préfère passer le flambeau, plutôt que de se laisser aller à un train-train qu'elle juge dangereux. L'élue explique son départ par la peur de devenir autocratique, de faire passer le « je » avant le « nous », mais aussi, par une fatigue morale comme elle l'explique dans un discours bouleversant, depuis la mort tragique de son mari - auquel Luc Decaster, qui était son ami, dédie le film.  On n'en saura pas beaucoup plus sur la vie privée de Françoise Verchère. Rien sur ses enfants, par exemple. Le cinéaste préfère en rester aux plans pudiques, scrutant un cadre photographique comme une nature morte, sans voix off explicative. Loin d'amoindrir la force de ce portrait de femme, l'ellipse permet d'en universaliser le discours. Comment faire corps avec ses engagements ? Peut-on vraiment faire bouger les choses en entrant en politique ?

Quinze années de pratique n'auront pas totalement convaincu Françoise Verchère. Pourtant, son parcours témoigne d'une réelle volonté d'agir. Après le « oui » du PS à la constitution  européenne, elle s'est retirée du parti, au risque de perdre des soutiens. Emancipation courageuse, qui ne l'empêchera pas d'être réélue. Coriace, toujours un peu idéaliste, l'élue chargée de l'environnement a parfois l'impression de se battre contre des moulins. Ou plutôt, en l'occurrence, contre des éoliennes.

Telle une Don Quichotte moderne, au volant de sa voiture, elle affronte l'absurdité du monde : réunions kafkaïennes avec des technocrates, manifs aux allures de happening d'art contemporain, discussions parfois délirantes avec les électeurs...Pour éviter une piste d'aéroport dans le patelin voisin, pourquoi ne pas inventer au plus vite « l'atterrissa - ge vertical », lui demande un maraîcher, le plus sérieusement du monde. Chacun cherche la petite bête, l'intérêt individuel prime toujours sur les grandes causes telles que le développement durable et la survie de la planète.

Construire une déchetterie ? Très bien, mais pas en face de chez moi. Françoise Verchère s'est  vite rendue compte de l'égoïsme humain, mais n'arrive toujours pas à s'y faire complètement : dans cette mesure, faire de la politique relève du sacerdoce. Le réalisateur capte la solitude de ce beau personnage avec une tendresse émouvante.

Eric Vernay (Excessif.com).

Rencontre avec Françoise Verchère à l’issue de la projection

C i n é m a  L e  M e l v i l l e  7 5  r u e  d u  G é n é r a l  L e c l e r c  R o u e n  -  t é l  :  0 2  3 2  7 6  7 3  2 0

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2