Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 19:02

Laïcité : l'approche sarkozyenne

Le discours du président de la République au Vatican révèle un parti pris idéologique au service du religieux

C'est une véritable régression dans la manière de concevoir la laïcité que Nicolas Sarkozy vient de nous proposer dans son discours de Rome, sous prétexte de nous en offrir une version positive et moderne. Cela tient à ce que sa réflexion implique à la fois un contresens théorique, une ignorance historique et un parti pris idéologique difficilement acceptables. Le contresens, d'abord. La laïcité, telle que la France la revendique depuis la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, ne se définit pas positivement par une ouverture de principe aux croyances religieuses. Elle consiste bien plutôt dans un retrait ou une abstention qui fait devoir à la République de ne pas porter atteinte à la liberté de conscience et de culte et, par conséquent, de n'en reconnaître ou de n'en soutenir aucun en particulier. Elle garantit ainsi, à l'encontre du prosélytisme religieux, la liberté absolue d'être sans religion.

Si la laïcité a un sens positif, ce n'est pas celui que lui prête notre président. Elle a pour fonction non de libérer les croyances, c'est-à-dire de les favoriser, mais de libérer des croyances instituées que les différentes églises ont toujours, peu ou prou, voulu imposer. Appuyée sur la raison, elle doit former l'esprit critique et le libre jugement de chacun, de façon à ce qu'il prenne ses distances avec tous les contenus de pensée religieux qui prétendent se soustraire au débat rationnel et fonder leur légitimité sur une source transcendante échappant à l'intelligence profane. Cette démarche n'interdit en rien que l'on retrouve et donc que l'on accepte les croyances religieuses, mais contrôlées par la raison humaine : des croyances qui ne s'opposent pas à ses acquis scientifiques et moraux, et débarrassées alors des emportements irrationnels qui les ont trop souvent caractérisées.

C'est ici que la prise de position de M. Sarkozy révèle une ignorance étonnante, si elle n'est pas feinte. L'identité progressiste de la France républicaine ne s'est pas construite avec l'héritage chrétien officiel mais, pour l'essentiel, contre lui. Laissons de côté le grave passif de l'Eglise catholique dans son rapport aux sciences : au nom d'une Révélation dogmatisée, elle s'est régulièrement opposée aux grandes théories scientifiques, comme celles de Galilée ou de Darwin, pour autant qu'elles mettaient en cause sa vision du monde et de l'homme.

Ne parlons que des grands bouleversements sociopolitiques qui font désormais consensus : la République elle-même, les droits de l'homme, l'égalité de l'homme et de la femme, les conquêtes sociales, la conception civile du mariage, la libération sexuelle et l'acceptation du droit à la différence dans ce domaine (comme l'homosexualité). Tout cela a été refusé et combattu par l'institution religieuse, avec virulence.

Une conception exigeante de la laïcité se doit de rappeler ces faits, et appeler à une vigilance constante, dans la tradition de la philosophie des Lumières, face aux menaces dont est porteuse toute foi quand elle n'est pas soumise à l'examen critique.

A la racine de l'approche sarkozyenne de la laïcité, qui rompt avec la tradition républicaine française, il y a un parti pris idéologique : l'idée que l'homme ne saurait se passer de la religion et du fondement qu'elle est censée apporter à ses choix moraux. Il rejoint ici clairement Benoît XVI qui, dans sa dernière encyclique, défend un scepticisme radical quant à la possibilité pour l'humanité d'améliorer sa condition historique sans le secours de la foi.

Toute l'histoire de l'humanité nous prouve que l'homme a su progresser sans l'aide des religions (même si elles ont pu aussi aider à ce processus) et qu'il n'a pas besoin de la référence à une transcendance pour savoir ce qu'il en est du Bien et du Mal : la raison humaine, compétence naturelle qui s'améliore au fil du temps, y suffit, et elle a même dû souvent se débarrasser des préjugés religieux pour exercer sa liberté. Vouloir enraciner la morale dans la religion, c'est faire dépendre les valeurs qui doivent réunir toute l'humanité de croyances particulières, souvent opposées entre elles et dont la pérennité est rien moins qu'assurée ; c'est s'exposer soi-même au relativisme et au nihilisme à l'instant même où on croit les combattre.

Une société réellement laïque ne trouvera donc dans les doctrines éthiques des différentes religions qu'un élément parmi d'autres de sa discussion sur les normes qui doivent régir notre vie collective et individuelle, sans leur conférer le moindre statut privilégié. Elle fera, par conséquent, du pouvoir humain de juger, partagé par tous, le fondement exclusif de ses prises de position morales : seul ce qui est universel peut décider de ce qui vaut universellement, par-delà les croyances ou les incroyances des uns et des autres.

Yvon Quiniou

Agrégé de philosophie,

membre du comité de rédaction de la revue " Actuel Marx "

Partager cet article

Repost0

commentaires

Zarat 10/01/2008 16:43

Vraiment sur un article qui parle de remise en cause de la laicité, Mr Mamadou comment ? vous nous parlez de politique politicienne.Savez depuis combien de temps certains élus que vous soutenez ont été élus.Trouvez vous normal et bon pour la démocratie le cumul des mandats.Avez vous vu le PS élire des têtes de liste issue de la diversité, il ne présente d\\\'ailleurs que 10% de femmes, ne respectant ses propres régles interne.Trouvez vous morale et honnête de travailler avec une équipe et un homme, de critiqué l\\\'opposition, pour ensuite s\\\'allier avec eux.Moi, je fais confiance aux hommes et femmes qui restent fidéles et honnêtes avec leurs parcours et idées et pas à ceux qui trahisent aprés avoir profiter et abuser de l\\\'influence d\\\'un homme.je fais confiance à celui qui à donner à notre ville sa qualité de vie et de services que tous le monde lui reconnais. Et cela sans discrimination, dans le respect des cultes de chacun, si nous musulmans avons un lieu de priére et un emplacement specifique dans le cimetiere, nous savons que nous le devons à Mr le  Maire Gerard Letailleur.Voila en bonne exemple de la Laïcité, respect des régles républicaines et respect des libertés individuelles de sa croyance et un lieu pour la pratiquer. Cela s\\\'appelle aussi de la tolérence.Et  puis Mr Mamadou, que pensez vous de la longévité  de notre député L. Fabuis ( 30 ans de mandats) etc....Moi je ne peux pas voter pour lui, car je n\\\'ai pas la nationalité, sinon oui

Monsieur Alfred 10/01/2008 14:58

Bonjour Mamadou,
Je pense pour ma part, si je peux me joindre au débat, que du moment qu'une ville est bien dirigée on se fiche bien de savoir depuis combien d'année ou combien d'année tout court un homme a exercé.
Force est de constater, et personne ne peut le nier, Monsieur Letailleur est l'acteur principal de l'essor de Petit-Couronne. Il a fait ses preuves, nous savons que c'est un maire compétent. Et avec l'âge je peux remarquer sue l'on sait toujours ce qu'on perd mais jamais ce que l'on gagne.
Je connais personnellement les deux candidats et je peux vous assurer que je crains bien moins de donner la responsabilité de la ville à Mr Letailleur. C'est un homme qui sort du lot, un homme charismatique. Il m'est arrivé quelques fois de hausser le ton avec lui, on s'est pris le bec...c'est un homme de caractère mais un homme franc et de coeur. Des qualités que n'a pas son concurrent, qui en a sûrement d'autres mais qui manque par contre grandement de personnalité. Une qualité appréciable chez un Maire.
Je sais Mr Letailleur capable de gérer la ville, j'en doute grandement pour Mr Randon... voilà pourquoi je voterai pour Monsieur Letailleur.

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2