Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 17:38

 Alors cette crise : quelques mois ? quelques années ? et combien ?

Et puis, le diagnostique, du moins celui dont on veut à tout prix nous convaincre? est-il le bon ? est-il vraiment pertinent ?

Les remèdes vont ils guérir le malade ou l'affaiblir davantage au risque de le tuer ?

 Que de question !!!

Ce qui m'amène à vous joindre un éventail des personnes qui s'expriment, et qui ne peut qu'alimenter notre propre réflexion.

 Combien de temps la crise va-t-elle durer ?

Amédée Dubuis

C’est un dessin de Pétillon, paru dans Le Canard enchaîné du 11 mars dernier. L’air sombre, Christine Lagarde, ministre de l’Économie, s’adresse au ministre du Budget Éric Woerth, qui n’a pas l’air plus gai :
« Je me demande si nous verrons la fin de la crise en tant que ministres ». C’est un dessin humoristique, donc supposé être drôle. L’hypothèse évoquée est tellement énorme, dans l’esprit du dessinateur, qu’elle va forcément susciter le rire du lecteur.

Tant mieux pour les lecteurs du Canard ! Mais l’hypothèse est-elle si énorme que ça ? À lire certaines des personnalités que Le Cri a interrogées, il ne semble pas du tout évident que Mme Lagarde et M. Woerth voient venir la fin de la crise du haut de leur citadelle de Bercy.

La question est dans tous les esprits : « Combien de temps la crise va-t-elle durer ? » On nous a d’abord dit que la France n’avait pas de raison d’être concernée par une crise « purement américaine »…

Puis que les banques françaises, bien gérées (comme chacun sait) par les inspecteurs des finances que-le-monde-entier- nous-envie, n’avaient « rien à craindre »… Qu’il ne fallait pas parler de « récession », que la situation économique se redresserait au début de l’été 2009, ou au second semestre, en tout cas au quatrième trimestre, à moins que ce soit en 2010… Dans le même temps, par rapport à la crise de 1929 – référence absolue, et la pire qui puisse s’imaginer, jusqu’à ce début de 2009…

– on nous a d’abord dit que c’était sans commune mesure moins grave, puis tout aussi grave, et maintenant, peut être beaucoup plus grave…

Lors de sa dernière intervention télévisée le président de la République a dit que nous étions « au milieu »…

Quant à Barack Obama, le 10 mars devant le Congrès, ou les dirigeants des pays de l’Union européenne, réunis le 8 mars à Bruxelles, ils se sont bien gardés de faire la moindre prévision.

Les experts que nous avons interrogés non plus, ne font pas de prévision. Mais chacun, avec un point de vue différent, économiste au démographe, chef d’entreprise ou financier, annonce les conditions d’une sortie de crise. À lire et à méditer.

Georges Berthu, ancien député européen (1994-2004)

La crise va durer longtemps car les gouvernements ne veulent pas regarder la réalité en face  : ce n’est pas une crise cyclique du capitalisme ; ce n’est une crise financière qu’en surface ; c’est en profondeur une crise structurelle.

Nous vivons les conséquences de la mondialisation sauvage, de l’ouverture des frontières non maîtrisée, non régulée, entre des zones dont les identités, les droits, les niveaux de développement sont affectés d’extrêmes disparités. Cette ouverture, accompagnée avec zèle par la politique européenne, devait en théorie être bénéfique.

Mais les gouvernements n’avaient pas tenu compte de l’énorme poids du continent asiatique ni de l’immense écart qui nous sépare de lui. Le système s’est rapidement déréglé : les pays occidentaux se vident de leur substance d’industries ou de services, et la déflation salariale exerce sur les plus faibles des ravages que seule une minorité bien positionnée parvient à esquiver.

La croissance se dérobant, les gouvernements ont essayé de la relancer en injectant artificiellement des liquidités par tous les moyens, mais rien n’y fait.

Qu’est-ce que la politique des « subprimes », sinon une tentative pour faire croire aux plus pauvres qu’ils n’étaient pas en train de s’appauvrir davantage ?

Aujourd’hui encore, les gouvernements empruntent à tour de bras pour relancer la machine, et ils ne réussiront pas davantage. Les forces qu’ils ont déchaînées inconsidérément sont beaucoup trop puissantes.

Pour en sortir, il faudrait ouvrir une nouvelle négociation commerciale mondiale pour réformer l’OMC et admettre la légitimité de zones régionales partiellement protégées par des droits compensateurs afin de corriger les distorsions sociales, environnementales, sanitaires, monétaires, ou au moins les plus criantes d’entre elles. Il n’y a pas d’autre issue.

Mais hélas nous en sommes loin, puisque le devant de la scène est tenu aujourd’hui par une campagne déchaînée contre le « protectionnisme », défini de manière si large qu’il englobe même le simple désir de se défendre.

Pourtant il faudra bien parler de protection si nous ne voulons pas périr.

Partager cet article

Repost0

commentaires

patrick 06/05/2009 12:29

plus beaucoup d article sur la gestion de la mairie une crainte peut etre ...........

monnier+jean-philippe 04/05/2009 17:13

Bonjour Mr Le MAIRE ,Les chiffres de l'OMC sont faux ! à causes des spéculateurs du système financier Capitalistique . Et c'est prouvable devant une juridiction.Ce sont les mêmes personnes qui font n'importe quoi qui sont au pouvoir depuis longtemps et accumulent les mensonges .Pour l'instant je travaille un peu à  l'atelier de réhabilitation mécanique et électrique historique CHS au moulin  ,  rue ST Gilles  à Rouen , sur la zone des entreprises des 2 rivières vers Darnétal . Moi j'attend toujours que mon dossier soit favorable pour une formation spécifique dans mon domaine sans le pôle nord et sud de l'emploi qui est toujours le même systême  de recrutement stupide et inadapté , comme l'intérim !Avec mes sentiments .

monnier jean-philippe 04/05/2009 16:57

Bonjour Mr LE Maire ;j'ai mener une action en justice contre ce gouvernement de menteurs en expliquant qu'ils mentaient depuis longtemps scientifiques et techniques ,  économiques , et médiatiques véroullés , c'est la crise des menteurs c'est sûr maintenenant !Les chiffres de l'OMC sont faussés à causes des spéculateurs du système financier capitailistiques .ils agravent  le problème plutôt que le résoudre !La france s'apprauvrie , elle est mal gérée économiquement non durable , avec des contrats intérims qui dure le temps du contrat celui des mensonges . avec mes sentiments . 

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2