Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 00:38

La santé est un des budgets les plus importants (11% du PIB pour la France) dans tous les pays développés et l'une des priorités principales des peuples.
Ce secteur est touché de plein fouet par les politiques néolibérales comme tant d'autres services publics.
Pour certains services publics, libéralisation, mise en concurrence et privatisation passent par les directives européennes et leur transposition. Pour la santé, comme pour l'éducation d'ailleurs, le processus est beaucoup plus complexe. S'y conjuguent les effets potentiels de la directive "Services dans le marché intérieur", la stratégie de Lisbonne (adoptée en mars 2000) et ses divers instruments : la méthode ouverte de coordination (MOC), les lignes directrices intégrées (LDI), les plans nationaux de réforme (PNR), qui renforcent les politiques nationales ouvertement néolibérales.
Certes, la protection sociale obligatoire et complémentaire, les services à la personne, le secteur social et médicosocial, les services d'aides et d'accompagnement à domicile des publics fragiles, sont  en principe exclus de la directive "Services dans le marché intérieur", qui les considère comme des services sociaux d'intérêt général (SSIG).
Mais outre le fait que ce classement peut être remis en cause, ces services n'échappent pas au droit communautaire de la concurrence et des libertés de prestation de services et d'établissement.
Le rejet de la version première de la directive dite "Bolkestein" par le Parlement européen en 2005 n'a donc pas mis fin au processus d'harmonisation par le bas des protections sociales européennes et mondiales.
Le processus de marchandisation et de privatisation des systèmes de santé et de sécurité sociale s'est même fortement accéléré dans tous les pays européens.
Partout, la privatisation des profits et la socialisation des pertes fait figure de ligne de conduite des dirigeants nationaux et européens. Partout, les inégalités sociales de santé augmentent et le principe de solidarité fait place au principe de la sélection par le risque. Partout, les firmes multinationales de l'assurance et de la pharmacie accentuent leur lobbying.
Les contre-réformes françaises (de Juppé à la réforme Bachelot en cours de discussion, en passant par Douste-Blazy, les franchises, les dépassements d'honoraires, les attaques contre les mutuelles et le plan Hôpital, etc.) ne sont que la version française d'une politique néolibérale internationale.
Dans le contexte de la campagne électorale européenne, il faut éclairer les rapports entre politique européenne et politiques nationales, sans oublier l'action des firmes multinationales privées et autres groupes d'intérêts. Il faut tracer des pistes alternatives visant à dégager par l'action l'ensemble du secteur de la santé et de la protection sociale de la logique du marché et de la concurrence "libre et non faussée".
Les effets de la directive "Services dans le marché intérieur", de la stratégie  de Lisbonne et les différentes politiques nationales, ont pour point commun d'être contraires aux principes de solidarité et d'universalité  auxquels les peuples sont attachés.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Letailleur - dans Société
commenter cet article

commentaires

monnier 09/04/2009 08:36

Bonjour Mr le maire ,J'ai pris connaissance de votre énoncé , j'ai consulté les idées du parti NPA de Mr Besancenot c'est assez réaliste actuellement ils expriment bien les mensonges de ce gouvernement la culture de privatisée presque toute l'économie de licencier des personnes indésirables dans les entreprises et aussi surtout des licenciements abusifs le plus souvent , c'est pour amasser encore plus de chiffres d'affaires sans tenir compte l'avis des salariés  , en pleine crise des mensonges .Ramener l'économie à  la surconsomation commerciale !les médias aussi c'est déjà fait , je pense que cela ressemble à de la dictature capitaliste , comme les marchés financiers qui sont soit  à  surveiller avec plusieurs sortes de contôle  où  inventer un autre système financier moins aléatoire .Le gouvernement à décidé et  mis en place tout un système de surveillance radars ,  caméras , installées à n'importe qu'elles endroits , c'est de la perte budgétaire sur le dos des contribuables aller il faut prélever des sommes importantes pour financer des mensonges.Bientôt , ils vont côté en bourse les collèges , lycées et universitées pour que cela rapporte mais ce ne sont pas des entreprises ces établissements ils leurs manquent des budgets  ,  des profs et personnels spécialisés et des intervenants privés que si les directeurs le demande pour l'apprentissage et amérioler les connaissances des élèves .je serais curieux de savoir les chiffres réels  que ce gouvernement à  répartis dans les établissements scolaires en générale ; car 2003 j'ai vu l'envers du décors d'un lycée à louvier il n'y avait pas de médecin scolaire que juste un infirmier et une infimière peu rémunéré  à mon avis c'est très important de conserver un service médicale , je sais pourquoi que leurs salaires ne sont pas très élevé dans les lycées , il faut maintenir un service médicale de qualité , dans les collèges et lycées , pour cela recreter des médecins où plus d'infirmiers en les rémunérants sensiblements pour les motivées , calculs financiers sans que cela soit du privé .  à recommander en urgence.avec mes meilleurs sentiments.Mr Monnier jean-philippe

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2