Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 17:44

Après les élections de mars 2015, tout est à reconstruire !

Jamais à Petit Couronne, la droite extrême n’avait atteint un tel score à des élections, 41.06%.

Jamais si peu de Petit Couronnais sont allés aux urnes, 47,99% au 1er tour, 46.42% au 2eme tour.

Jamais un vote blanc et nul aussi important, 10.75% au 2eme tour.

Une gauche PS, PCF, EELV, qui dirige la municipalité à 52,06% au 1er tour.

Résultat final ; 1546 voix pour le PS, 1077 voix pour le FN, sur 6331 électeurs inscrits, du jamais vu, ici à Petit Couronne.

Au plan national, le PS cherche à entrainer dans l’abime toute la gauche !

Toutes les gauches reculent. Le parti socialiste a vécu le plus grand basculement vers la droite de son histoire électorale. Sa descente aux enfers est en marche. Avec 13,34 % sous ses couleurs, le PS est en dessous de son plus bas historique des européennes (13,9 %). Il a fallu toute la manipulation du ministère de l’Intérieur et des médias néolibéraux aux ordres pour faire croire qu’il était au-dessus de 20 % grâce à divers amalgames avec le PRG, EELV ou le PCF. Ce parti va donc tenter, pour freiner sa chute, d’entraîner d’autres forces politiques et sociales dans l’abîme en appelant à un rassemblement de toute la gauche sans modifier sa politique néolibérale. Les carriéristes seront bien sûr d’accord. Leurs leaders entreront alors au gouvernement.

La majorité de l’Autre gauche, toujours confuse dans sa stratégie, se console comme elle peut en disant qu’elle a mieux résisté que ce qu’elle avait prévu dans sa désespérance dépressive ! La marche vers sa marginalisation continue. Jean-Luc Mélenchon a donc raison de parler de l’illisibilité de la stratégie du Front de gauche.

La sociologie du vote du 22 mars 2015 que les gauches ne veulent pas regarder

Sondages à la sortie des urnes des départementales :

-les couches populaires ouvrières et employés qui sont majoritaires en France (53 % de la population) sont majoritairement des abstentionnistes et secondairement des électeurs FN. Les abstentionnistes et le vote FN ont une sociologie très proche. Les votes du bloc UMP-UDI-Modem et PS se recrutent majoritairement dans les gagnants de la mondialisation néolibérale.

Quant à l’Autre gauche…

· Pour Ipsos, l’abstention concerne d’abord les jeunes (64 % chez les moins de 35 ans), les ouvriers (64 %), les bas revenus (55 %) et les moins diplômés (53 %).

· L’UMP-UDI-Modem attire plus des professions libérales et cadres supérieurs (33 %), le FN des ouvriers et employés (respectivement 49 % et 38 %), le PS davantage des cadres ou salariés du public selon un sondage Ifop-Fiducial.
Pour l’Ifop, le bloc UMP-UDI-Modem a la sociologie de classe suivante : 33 % des catégories des professions libérales et cadres supérieurs, 29 % des artisans et commerçants et 27 % des couches moyennes. Seulement 13 % des ouvriers leur donnent leurs suffrages. Son vote est plus masculin (30 % contre 28 % pour les femmes). Il fait ses choux gras chez les retraités (45 %) ce qui lui posera des problèmes pour l’avenir. Selon Ipsos, l’électorat du bloc UMP-UDI-Modem est le plus fidèle d’une élection à l’autre (92 % des électeurs avaient déjà voté pour lui aux européennes de 2014)
.

· Le FN a malheureusement un vote de classe avec ses scores les plus élevés avec 49 % pour les ouvriers votants pour Ifop, (42 % pour Ipsos), 38 % des employés votants (34 % pour Ipsos), 28 % des artisans et commerçants votants et 25 % des professions intermédiaires votantes. C’est parmi les professions libérales et cadres supérieurs qu’il a eu le moins de votes (13 % parmi les votants). Son vote est encore plus masculin (30 % contre 22 %). Selon Ipsos, le FN est nettement au-dessus de la moyenne nationale sur les jeunes et les citoyens en âge de travailler et en dessous pour les retraités (18 %). Il a donc le vent en poupe pour l’avenir.

· Le PS se rapproche de la sociologie de la droite avec 28 % de professions libérales et cadres supérieurs et 25 % des professions intermédiaires. Les employés et les ouvriers leur ont donné leurs suffrages pour, respectivement, 18 et 15 %. Son vote est plus féminin (25 % contre 19 % pour les hommes).

· Pour Ipsos, l’électorat du Front de gauche est évalué à 6,3 % (on sait qu’il est sous-estimé car une partie du FDG a été comptabilisé dans les divers gauche) : d’abord un électorat des couches moyennes intermédiaires (9 %), puis des cadres (8 %), des employés (7 %), des retraités (6 %) et loin derrière des ouvriers (3 %).

· A noter que l’électorat d’EELV a un pourcentage plus élevé que le FDG chez les ouvriers (4 % sur la base des 2 % là aussi sous-estimé à cause des amalgames divers gauche). Pour l’IFOP, le résultat est quelque peu différent soit sur une base électorale de 6,2 % (même remarque que précédemment) avec 5 % pour les cadres, 6 % pour les couches moyennes intermédiaires, 7 % pour la classe populaire ouvrière et employée et 5 % pour les retraités.

Donc pour résumer, le problème principal à régler pour la gauche de la gauche si elle veut devenir une gauche de gauche est, avant celui du FN, celui du peuple de gauche qui aujourd’hui s’abstient. Ou dit autrement, il ne faut pas se laisser manœuvrer par la société du spectacle médiatique qui veut nous entraîner dans une impasse. Le nombre d’ouvriers et d’employés qui s’abstiennent est plus de deux fois plus important que celui qui vote FN. Si on ajoute à cela plus de 7 % au moins des citoyens non inscrits sur les listes électorales (alors que c’est obligatoire !), on voit bien le travail à accomplir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Letailleur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2